Saga Biarritz - Des internationaux et de l’expérience en plus

  • Le All Black Elliot Dixon va venir renforcer le pack biarrot.
    Le All Black Elliot Dixon va venir renforcer le pack biarrot. Icon Sport
Publié le

Arrières > Titulaire pendant les phases finales de Pro D2, Romain Lonca va faire son retour dans une division qu’il a connue lors de ses années bordelaises et, à ce titre, son expérience sera précieuse. L’arrière ou ailier Darly Domvo sera peu ou prou dans la même situation. Enfin débarrassé de ses pépins physiques, il essayera de retrouver son niveau d’antan. Arrivé au club en 2016, Ximun Lucu sera le garant des valeurs rouge et blanche et il tentera d’apporter tout son savoir dans un championnat qu’il a découvert, il y a maintenant neuf ans, avec le Stade montois.

Ailiers > S’il est épargné par les blessures, Gavin Stark sera un des plus gros dangers offensifs du BO. Auteur de sept essais en neuf matchs l’an passé, il va découvrir le Top 14 et sa puissance, alliée à sa vitesse balle en main, pourraient faire des ravages. Sur l’autre côté, le Wallaby Henry Speight, après une première saison chez les rouge et blanc en demi-teinte à cause des pépins physiques, voudra montrer l’étendue de son talent. Titulaire indiscutable du dernier exercice, le polyvalent et toujours propre Steeve Barry fera valoir ses atouts et se mêlera à la rotation au poste. Dans ce dur championnat qu’est le Top 14, Yohann Artru aura également l’occasion de s’exprimer pour rappeler qu’il reste un redoutable finisseur. Peu utilisé depuis son arrivée au BO en 2018 (10 rencontres), Alex Nicoué essayera de grappiller du temps de jeu.

Centres > Meilleur joueur de Pro D2 sur la saison dernière, le All Black Francis Saili (2 sélections), va découvrir l’élite du rugby français. Sa solidité défensive et son explosivité ballon en main seront précieuses pour le club basque. Il formera une paire électrique avec le Wallaby Tevita Kuridrani (lire par ailleurs). L’ex-Montpelliérain Vincent Martin, pour sa dixième année en Top 14, pourra faire valoir son expérience et sa polyvalence, qui lui permet de jouer également à l’arrière ou à l’aile. Beaucoup utilisé pendant la première partie de saison dernière - un peu moins par la suite - l’ancien Rochelais Brieuc Plessis-Couillaud va retrouver un niveau qu’il a déjà aperçu avec les Jaune et Noir entre 2018 et 2020. Titulaire sur le dernier tiers de Pro D2 et les phases finales, le prometteur et puissant François Vergnaud cherchera à confirmer les attentes placées en lui. Enfin, le jeune Auguste Cadot pourrait utiliser la Coupe d’Europe pour faire ses premiers pas avec les professionnels.

Ouvreurs > Fraîchement arrivé des Harlequins, l’anglais Brett Herron va briguer une place de titulaire au poste de numéro dix. Mais Ilian Perraux, réputé solide en défense et bon animateur, tentera de garder le fauteuil qu’il a obtenu à la fin de la saison dernière. S’il fut parfois en manque de réussite dans ses tentatives l’an passé, Gilles Bosch voudra retrouver la justesse au pied de ses années carcassonnaises et va, lui aussi, effectuer son retour dans un championnat qu’il connaît pour y avoir joué avec Grenoble et Perpignan. Joe Jonas, capable d’évoluer également à l’arrière, pourrait faire ses débuts en Challenge Cup.

Demi de mêlée > En recrutant l’Argentin Tomás Cubelli à l’intersaison, les dirigeants du club basque ont frappé, là, un gros coup. En effet, le Puma aux 79 sélections est une des références au poste et son savoir sera un atout non négligeable en Top 14. En parlant d’expérience, à 35 ans, Clément Darbo apportera aussi de la sérénité à l’effectif biarrot. Le Franco-irlandais James Hart, avec son pied gauche précis, a un profil qui peut s’avérer intéressant pour le Top 14. Le jeune Barnabé Couilloud, dans un registre différent, aime dynamiser le jeu autour des zones de ruck. Tous deux auront, bien entendu, leur mot à dire. L’Espagnol Kerman Aurrekoetxea poursuivra son apprentissage du haut niveau et cherchera à gratter du temps de jeu.

Numéros 8 > Héros du barrage d’accession face à Bayonne, le capitaine biarrot Steffon Armitage est de retour dans un championnat qu’il connaît parfaitement. Au-delà de son apport sur le terrain et autour des rucks, il sera le véritable papa de cette équipe et un des hommes clés du vestiaire. De treize ans son cadet, le combatif Tornike Jalagonia, très bon sur les phases finales de Pro D2, va découvrir une nouvelle division et aura très certainement du temps de jeu.

Troisième ligne aile > Patron de la touche basque, l’Irlandais Dave O’Callaghan s’avance comme un titulaire en puissance des Rouge et Blanc. À qui sera-t-il associé sur l’aile de la troisième ligne ? Le staff biarrot aura, là, un problème de riches, car les alternatives sont nombreuses. La première mène logiquement au All Black Elliot Dixon, dont la densité physique a fait des ravages au pays du long nuage blanc. S’il peut être une alternative à Steffon Armitage au poste de numéro huit, mais aussi dépanner en cinq, le Fidjien Johnny Dyer est un monstre de régularité et il fut, l’an dernier, le meilleur joueur du pack du BO. Antoine Erbani est revanchard après trois saisons mitigées dans le Béarn. Il voudra retrouver du temps de jeu et utiliser tout son savoir. Passé professionnel cet été, Mathieu Hirigoyen aura, tôt ou tard, son mot à dire. Thomas Hebert n’hésitera pas à saisir la moindre occasion.

Deuxième ligne > Un seul nouveau au poste, l’ancien joueur d’Oyonnax Joshua Tyrell, dont on dit le plus grand bien du côté d’Aguiléra. Il partagera le poste avec le guerrier canadien Evan Olmstead et le travailleur de l’ombre Johan Aliouat. Embêté par des commotions l’an dernier, l’Écossais polyvalent Andy Cramond a rarement déçu et son profil de sauteur-coureur est intéressant. Enfin, le rugueux Kévin Gimeno aura aussi du temps de jeu. Gorbeï Allende Larrea cherchera à gratter quelques minutes en Challenge Cup.

Piliers > À gauche, l’Irlandais James Cronin arrive avec un bagage solide après neuf saisons au Munster. Il partagera le poste avec l’expérimenté Yvan Watremez, l’ancien international moins de 20 ans Zakaria el Fakir et le Géorgien Ushangi Tcheishvili, tandis que Baptiste Erdocio sera à l’affût de la moindre occasion. De l’autre côté de la mêlée, Guy Millar est un monstre d’endurance et de régularité qui s’avance comme le titulaire à droite. À moins que les prometteurs Luka Azarashvili et Giorgi Nutsubidze ne viennent bousculer la hiérarchie. Arrivé de Béziers cet été, Quentin Samaran découvrira un nouveau monde tandis que Vakhtangi Akhobadze se mêlera à la concurrence.

Talonneurs > Après avoir montré toute l’étendue de son talent sur les phases finales de Pro D2, Lucas Peyresblanques pourrait s’affirmer comme le numéro un au poste. Il partagera le temps de jeu avec Romain Ruffenach, gage de confiance sur les phases statiques et l’autre papa du vestiaire, François Da Ros, qu’on ne présente plus. Clément Renaud pourrait profiter de la Coupe d’Europe pour montrer ce dont il est capable.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?