Saga La Rochelle - À eux de souffler sur les Breizh

  • À eux de souffler sur les Breizh À eux de souffler sur les Breizh
    À eux de souffler sur les Breizh
  • À eux de souffler sur les Breizh
    À eux de souffler sur les Breizh
Publié le , mis à jour

Pierre Popelin et Rémi Picquette - Ouvreur et deuxième ligne Un an après Jules Le Bail, deux autres cadres du RC Vannes retrouvent leur club formateur. Désormais aguerri d’un passage remarqué en Pro D2, le duo a les armes pour s’imposer au plus haut niveau.

Ce n’était donc qu’un simple au revoir. Cinq ans après leur seul et unique match avec l’équipe première du Stade rochelais - leur tout premier en pro, d’ailleurs - Pierre Popelin et Rémi Picquette sont de retour au bercail. Là où, dans la peau d’espoirs prometteurs, ils ont fait leurs classes rugbystiques, ponctuées chez les grands par une sèche défaite à Clermont (57-8) en clôture de la phase régulière de la saison 2015-2016. "Forcément, ce souvenir reste, glisse le premier intéressé dans un entretien paru vendredi sur Rugbyrama.fr. Mais il n’y a pas de revanche à avoir de ce match-là. Nous étions des joueurs complètement différents d’aujourd’hui. " C’est peu de le dire. Partis dans l’anonymat de La Rochelle, les deux ex-pensionnaires du centre de formation jaune et noir y reviennent avec fracas. Leurs cartes de visites, Popelin et Piquette les ont laissées sur toutes les pelouses de l’antichambre du Top 14, ces trois dernières saisons. Sous le maillot breton du RC Vannes. "La boucle est loin d’être bouclée parce que le plus dur reste à faire mais on s’est aguerri, on a pris de l’expérience. Les chances, que ce soit Rémi ou moi, on les aura, assure, déterminé, celui qui s’est aussi affirmé auprès de l’équipe de France à 7, en 2017 et 2018. Je ne vois pas ce qui peut être plus excitant que de faire une saison avec une équipe rochelaise double finaliste la saison dernière. Ça donne envie de se mettre au niveau et de bosser pour montrer qu’on a une carte à jouer, qu’on n’est pas là juste pour admirer les Skelton et Vito et être contents de faire des passes avec eux à l’entraînement."

Un départ "dans l’ordre des choses"

Polis à La Rochelle, révélés à Vannes, prêts à exploser dans leur club formateur ? Jean-Noël Spitzer en est convaincu. En mars dernier, déjà, le manager breton s’était montré dithyrambique, dans nos colonnes, envers son deuxième ligne Rémi Picquette : "Ses qualités athlétiques naturelles en font un joueur rude au mal. Et qui fait mal. Il a un côté "rustique", "très gainé", capable de répéter les efforts et supporter une grosse charge d’entraînement. Son départ est dans l’ordre des choses. Il va s’imposer en Top 14. S’il a du temps de jeu, il sera vite sur les listings de l’équipe de France. Il est prêt." Le technicien n’en passe pas moins de Popelin. À tous deux 26 ans, les ex-espoirs maritimes ont sans doute vécu la plus grande frustration de leur carrière, au printemps. Lors de cette renversante demi-finale de Pro D2, perdue sur le fil (33-34) face à Biarritz, futur promu. Un BO qu’ils retrouveront dès la 4e journée, fin septembre, à Deflandre. La date est sans aucun doute cochée. R. A.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?