Certains pros ont-ils été vaccinés de force ?

  • Certains pros ont-ils été vaccinés de force ?
    Certains pros ont-ils été vaccinés de force ?
Publié le

Le président du syndicat des joueurs du Pacifique, Dan Leo, semble croire que certains joueurs ont été vaccinés de force dans les clubs professionnels français. A-t-il raison ?

C’est Dan Leo, ancien flanker des Samoa et aujourd’hui président du syndicat des joueurs du Pacifique, qui a le premier jeté ce pavé dans la mare. "Il est décevant d’entendre que beaucoup de nos joueurs du Pacifique ont été forcés à se faire vacciner par la FFR pour pouvoir jouer dans leurs clubs", écrivait-il jeudi après-midi. Après vérification au sein des entités du Top 14 et du Pro D2, l’affirmation de Dan Leo est largement caricaturale : à notre connaissance, aucun joueur, en Top 14 ou en Pro D2, ne s’est jusque-là fait vacciner après avoir été menacé d’un pistolet sur la tempe ou via une coupe drastique dans sa prime d’éthique.

En revanche, le "pass sanitaire" rendu obligatoire dans les clubs change considérablement la donne, pousse les ouvriers du rugby pro à une adaptation et oblige donc les joueurs ne souhaitant pas être vaccinés à présenter un test PCR négatif avant chaque entraînement et chaque match, c’est-à-dire au moins quatre fois par semaine.

Un coût de 800 euros par mois pour les tests PCR

À ce sujet un président d’un club de Top 14 nous confiait vendredi soir, au téléphone : "Un de mes joueurs, un Fidjien, ne veut pas être vacciné parce que sa religion ("L’église adventiste du septième jour", une branche du christianisme, N.D.L.R.) lui interdit l’injection d’un corps étranger dans le sang." Les dirigeants de ce club du Sud-Ouest, sans forcer le Mélanésien à recevoir un vaccin, ont néanmoins décidé d’opter pour la solution la plus viable pour les deux parties : "À partir du mois d’octobre, les tests PCR seront tous payants. On a donc calculé que quatre tests par semaine coûteront 800 euros par individu non-vacciné, tous les mois. C’est beaucoup. Si le joueur ne souhaite pas se faire vacciner, il aura donc l’obligation de prendre en charge cette somme." De toute évidence, celle-ci sera déduite de son salaire après avenant au contrat. Par ailleurs, plusieurs joueurs géorgiens se sont heurtés à la même problématique religieuse que le Fidjien dont nous venons d’évoquer le cas.

Concernant la polémique que n’ont pas manqué de faire naître les propos de Dan Leo, l’ancien capitaine des Fidji Simon Raiwalui, aujourd’hui responsable de la haute performance à la FRU (la Fédération fidjienne), rétorquait enfin : "Aucun joueur n’est contraint de se faire vacciner. La décision finale lui revient. Le choix de l’organisation (Top 14 et Pro D2) est simplement de protéger ses employés et son lieu de travail." Fin du débat ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?