InExtenso Super Sevens : coup d’envoi tant attendu

  • Tenants du titre, les Racingmen d'Antoine Gibert visent le doublé.
    Tenants du titre, les Racingmen d'Antoine Gibert visent le doublé. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le premier championnat professionnel de rugby à VII se lance dans son format définitif à Aix-en-Provence ce samedi.

Après des reports contraints par la crise sanitaire, l’In Extenso Supersevens se lance enfin dans sa formule définitive. La première étape estivale de ce tournoi de rugby à VII organisé par la Ligue Nationale de Rugby, a lieu ce samedi à Aix-en-Provence dans l’enceinte de Provence Rugby, le stade Maurice-David. En 2020, la formule à étape unique, pour la grande première du championnat à VII franco-français, avait connu un large succès avec une fête réussie dans une Paris-La Défense Arena pleine. "Au départ, la LNR a pris conscience de l’importance du rugby à VII, notamment dans l’espace médiatique, explique Lucien Simon, vice-président de la Ligue en charge des affaires sportives et du rugby à VII. Quand un sport devient olympique, il change d’univers. Puis nous considérons que la pratique du jeu à VII à très bon niveau a des vertus dans la formation du joueur." Selon l’ancien président du Pays d’Aix Rugby Club (1995-2013), qui nie avoir été à l’origine du choix du lieu de cette première étape estivale, n’arrivent qu’après les raisons économiques. Car grâce à ses formats courts et ses matchs spectaculaires pleins d’essais - il y en a un toutes les quatre-vingt-dix secondes - le rugby à VII attire un public jeune. "C’est un constat, le public du XV vieillit alors que le VII… Les deux pratiques doivent être complémentaires. Je suis très favorable à un rugby à XV très austère et à un rugby à VII très festif, assure celui qui a "adoré" la tournée des Lions en Afrique du Sud. C’est un festival du rugby à VII, après tout !"

Du plaisir pour les joueurs

À ce petit jeu, c’est le Racing 92 qui avait remporté la première édition en février 2020. Comme un symbole, le club francilien était sacré cent vingt-huit ans après avoir été le premier champion de rugby à XV. Cette fois encore, les Racingmen ont décidé de jouer le jeu à fond en alignant l’équipe la plus compétitive du tournoi. Donovan Taofifenua, Dupichot, Joseph, Klemenczak, Tanga-Mangene, Volavola et le spécialiste Vakatawa seront de la partie, menés par le demi d’ouverture Antoine Gibert, qui avait été l’un des meilleurs joueurs lors de la précédente édition. "Je préfère quand même le XV avec les responsabilités que tu as quand tu mènes une équipe. Mais le VII, c’est du plaisir de partout. C’est vraiment basé sur la technique individuelle et j’adore ça, reconnaît ce dernier, souvent appelé par l’équipe de France à VII sans jamais pouvoir jouer. Déjà sur la première édition les jeunes et les pros avaient bien matché, la concurrence avait tiré tout le monde vers le haut. Là, on joue l’étape pour la gagner et pour l’expérience de groupe, pour le plaisir que ça va nous apporter." En remportant l’étape aixoise, le Racing 92 s’assurerait une place pour la finale à domicile, à la Paris-La Défense Arena de Nanterre. Les vainqueurs des deux autres étapes, à Toulouse et à La Rochelle les deux prochains samedis, seront de la partie, ainsi que les cinq équipes les mieux classées. Enfin, l’événement aura le luxe de surfer sur les jeux Olympiques, qui ont vu les Bleues remporter la médaille d’argent.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?