Loisirs - Que vive l’esprit du Muguet

  • Le club du Muguet concilie moment sportif et moment de convivialité sous le maillot rose, chaque jeudi.
    Le club du Muguet concilie moment sportif et moment de convivialité sous le maillot rose, chaque jeudi. Photo DR
Publié le

Devenu club loisir en 2003, le Club du Muguet est le rendez-vous de quelques passionnés d’ovalie qui se retrouvent tous les jeudis à Font Pré. L’éxutoire de la semaine pour certains, le moment de jouer « sans prétention » pour d’autres, mais toujours avec une idée commune : chambrer, rigoler et surtout partager, tant que le corps le permet, un moment avec les copains.

Ils courent, ils crient, ils rient. Chaque jeudi depuis début juillet, vous les trouverez sur la plage du Mourillon. Qui ? La quinzaine de membres du Club du Muguet qui peinent encore à accepter que la saison 2020-2021 est bel et bien terminée, et qu’il leur faudra encore attendre quelques semaines avant de retrouver le pré. Pour patienter, ces incontournables du paysage ovale varois continuent donc de se retrouver chaque semaine pour tâter du ballon.

Car bien plus encore que les clubs « compétitions », ce qui anime les mecs du Muguet, ce n’est pas le résultat ou la prépa physique, loin s’en faut, mais uniquement la passion et l’amitié qu’ils ont chevillées au corps. « Nous sommes une confrérie, sourit Damien Quendolo, président du club. Le rugby c’est 50 % de terrain et 50 % de vie de groupe, et c’est ce qu’on retrouve au Muguet. » Et pour comprendre l’histoire du CDM, il faut remonter au début des années 90.

À l’époque Olivier Guyot, salarié du RCT, décide de lancer le « club des partenaires du rugby club toulonnais », avec comme objectif de permettre à quelques proches du club de venir faire un touch rugby en marge des entraînements de l’équipe première. Et si l’engouement est réel, la descente aux enfers du RCT à la fin de la décennie oblige le « Muguet » à une mini-révolution.

C’est ainsi que ce dernier devient, en 2003 et à l’initiative de quatre amis (Gruarin, Banette, Guyot et Rouard), un véritable « club de rugby loisir ». « Nous voulions retrouver ce qui nous a fait aimer ce sport, avec une idée simple : le rugby commence dans les vestiaires, et finit au bar. Et si tout se passe bien, entre les deux tu fais deux/trois passes », s’amuse en ce sens « Tchoa » Banette.

« Le rugby commence dans les vestiaires et finit au bar »

Et l’idée de s’entraîner sans prise de tête -bien que « la gagne » fasse toujours son retour une fois les crampons aux pieds- séduit immédiatement. Des novices aux anciens pros (Comba, Delaigue, Carbonel, Perrier, G. Orsini ou désormais Bazani), des grands aux maigres, des rapides aux moins rapides, chacun trouve son compte au Muguet. Et si certains voient en ce club l’occasion de prolonger un peu le plaisir d’un rugby qu’ils ne peuvent plus pratiquer en compétition, d’autres profitent de ce rendez-vous entre copains pour s’initier à la religion locale : l’Ovalie.

Exutoire hebdomadaire ? Et plus encore, car depuis le CDM a très largement exporté son savoir-vivre : de Prague, à Moscou, en passant par l’annuel Barcelona Rugby Festival (deux victoires et un « spirit award » en neuf participations), les mecs du Muguet écrivent chaque semaine, chaque saison, des souvenirs indélébiles.

Et parce qu’avec les années, les coéquipiers sont devenus les copains du rugby et les copains du rugby des amis pour la vie, ces passionnés ont bel et bien l’intention de faire perdurer ce plaisir, cette philosophie si particulière, qu’ils aiment à appeler « l’esprit du Muguet ».

Date de création : 1993

Nombre de licenciés : 42

Nombre d’adhérents : 60

Niveau actuel : Union Fédérale des Anciens du Rugby

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?