L’Usap peut-elle se maintenir ?

  • Melvyn Jaminet fera son retour face aux Lyonnais pour le compte de la 3e journée du championnat. En revanche, le club catalan pourra compter sur ses cadres, dont l’indéboulonnable deuxième ligne Damien Chouly. Photos Icon Sport
    Melvyn Jaminet fera son retour face aux Lyonnais pour le compte de la 3e journée du championnat. En revanche, le club catalan pourra compter sur ses cadres, dont l’indéboulonnable deuxième ligne Damien Chouly. Photos Icon Sport
  • L’Usap peut-elle  se maintenir ?
    L’Usap peut-elle se maintenir ?
Publié le , mis à jour

Irrésistible la saison dernière, la formation catalane retrouve le Top 14 avec appétit et ambition. Ce soir, elle disputera son premier match amical contre son voisin montpelliérain. Avec, en ligne de mire, un objectif en tête : soigner son début de saison et installer le club en top 14. Mais en a t-elle les moyens ?

La question que l’on pose ici est déjà dans toutes les bouches : l’Usap, si irrésistible et flamboyante l’année dernière, bravera-t-elle l’enfer du Top 14 ? Chaque année, on promet un long calvaire aux promus qui ne disposent pas des moyens ni de la profondeur d’effectif des formations rivales. Cela dit, tous les promus ne montent pas dans les même dispositions… L’Usap, elle, a eu davantage de temps pour se préparer.

D’abord parce que sa remontée paraissait sinon inéluctable, au moins fort probable. Jugez plutôt : sur 30 journées de championnat, les Sang et Or en ont passé 26 sur le podium provisoire du Pro D2, dont 23 aux deux premières places ! Les hommes du manager Christian Lanta ont établi un autre record de la saison, avec 10 matchs sans connaître la défaite. Mais attention ! Attention… L’Usap sait mieux que personne qu’il ne faut pas se gargariser du passé. Elle avait survolé le Pro D2 en 2017-2018… mais ce beau parcours ne l’avait pas empêchée de redescendre aussitôt. Aujourd’hui, l’équipe et le staff semblent avoir appris de leurs erreurs : "En 2018, l’équipe était tournée vers l’offensive et n’avait qu’un seul schéma de mouvement. Depuis, notre palette s’est élargie. Nous sommes passés à autre chose sur le plan défensif, avec bien plus de consistance. Nous avons étoffé notre jeu dans tous les secteurs, comme celui du jeu au pied", nous confiait il y a quelques semaines le manager Christian Lanta.

Quatre joueurs dans le Top 10 des marqueurs l’année passée

Alors, quelles sont les chances de maintien de l’Usap ? Elles sont réelles, pour plusieurs raisons. D’abord, parce que la formation catalane a étoffé sa palette, et paraît être plus "caméléon" que lors de sa dernière montée. Ensuite, parce qu’elle possède un potentiel offensif très intéressant. Au-delà de ses 821 points marqués l’année dernière (+317 points au goal average), elle a placé quatre de ses joueurs parmi les dix meilleurs marqueurs du Pro D2 : l’ailier Jean-Bernard Pujol (10 essais, meilleur marqueur ex æquo avec le Grenoblois Ange Capuozzo), l’arrière et désormais international Melvyn Jaminet (9), le centre George Tilsley et le troisième ligne centre Genesis Lemalu (8 chacun).

Enfin, cette équipe possède un solide vécu. Lanta encore : "La différence s’est faite dans l’émergence de leaders d’expérience comme les Fa’asalele, Chouly, De la Fuente qui ont épaulé la génération 2018 des Lemalu, Acébès, Labouteley ou Lam qui ont encore gagné en maturité et ont progressé. Je n’oublie pas non plus le gros travail de fond qui a été réalisé avec les jeunes qui ont fait bien plus que de pointer le bout de leur nez comme les Lotrian, Roussel, Jaminet. En 2018, nous n’avions pas cet équilibre."

De l’expérience en première ligne

Pour affronter le Top 14, l’Usap avait besoin de garder ce groupe, de compter sur ses cadres. Voilà pourquoi elle a récemment prolongé les contrats de ces derniers, à l’image du pilier Davit Kubriashvili, du troisième ligne Damien Chouly, du demi de mêlée Sadek Deghmache, du centre Afusipa Taumoepeau et de l’arrière Melvyn Jaminet. L’Usap avait aussi besoin de se renforcer, et d’ajouter encore de l’expérience à ce groupe. C’est ce qu’elle a fait en engageant en première ligne de fins connaisseurs du Top 14 comme Arthur Joly (34 ans, La Rochelle), Sami Mavinga (28 ans, Stade français), Giorgi Tetrashvili (27 ans, Agen) ou Mike Tadjer (32 ans, Montauban). Elle a également verrouillé son jeune et talentueux pilier Sacha Lotrian, très utilisé l’année dernière, ainsi que le tout aussi jeune Akato Fakatika. Derrière, elle a aussi enrôlé de purs talents comme les Argentins Bautista Delguy et Martin Landajo (lire par ailleurs), ainsi que l’ex-treiziste des Dragons Catalans Brayden Williame.

Roussel et Volavola, les départs qui font mal

Le club sang et or a néanmoins connu quelques désillusions, sur le plan du recrutement. S’il savait qu’il allait perdre son gaucher Quentin Walcker, il fut beaucoup plus surpris du départ de son prometteur deuxième ligne Alban Roussel vers l’UBB. Et l’on ignore si les recrues Tevita Cavubati ou Andreï Mahu compenseront son absence. Le Fidjien de 34 ans était titulaire dans la cage lors du dernier Mondial au Japon, mais sort d’une saison quasi blanche avec les Harlequins (2 matchs). Tandis que le Moldave n’a que peu joué l’année dernière avec les London Irish (5 apparitions), club où il a débarqué après être passé par des formations plutôt faibles comme Timisoara, Zebre ou Krasnojarsk. Heureusement que l’Usap pourra toujours compter sur son leader de combat Piula Fa’asalele, qui sera assisté de Labouteley, Eru et Ma’afu. Mais gare à ce poste en cas de blessure(s)…

L’autre point ennuyeux, c’est le départ de l’ouvreur Ben Volavola. Certes, l’Argentin Patricio Fernandez est déjà en place mais n’a pas encore convaincu depuis son arrivée. Le recrutement de Tristan Tedder est intéressant et son talent indéniable, mais son expérience en Top 14 est limitée (12 rencontres). Reste le jeune Mattéo Rodor, qui pourrait être la prochaine révélation de l’Usap…

À la lumière de tous ces éléments, on peut donc dire que cette équipe de Perpignan possède une bonne chance de se maintenir. Elle semble avoir appris du passé, a étoffé son jeu et son effectif. Elle devra surtout faire tout son possible pour éviter les blessures, qui font souvent office de juge de paix dans ces interminables saisons de Top 14.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
barathym Il y a 11 mois Le 13/08/2021 à 22:02

et je suis sur que concernant le BO vas se maintenir , avec uniquement votre avis, et les coups de pouces des arbitres ..... on fait les paris ,?

neotaist Il y a 11 mois Le 13/08/2021 à 12:41

de toute façon, elle ne fera pas pire que le SUA la saison dernière !