Nouvelle-Zélande - Australie : session de rattrapage

  • Les Australiens de Noah Lolesio, ici lors de la manche aller de la Bedisloe Cup, semblent un ton en dessous des All Blacks. Photo Icon Sport
    Les Australiens de Noah Lolesio, ici lors de la manche aller de la Bedisloe Cup, semblent un ton en dessous des All Blacks. Photo Icon Sport ActionPlus / Icon Sport - ActionPlus / Icon Sport
Publié le

Après une édition 2020 sans les Springboks, le Rugby Championship 2021 retrouvera toutes ses couleurs (9h05) avec, en match d’ouverture, la deuxième manche de la Bledisloe Cup.

La 172e opposition entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande ouvrira le bal d’un "véritable" Rugby Championship. Les deux rivaux, qui se connaissent par cœur, ont déjà échangé des plaquages la semaine passée, avec une victoire nette des Blacks mais aussi des leçons à tirer. Le principal point noir des coéquipiers d’Aaron Smith fut d’abord l’indiscipline. Les hommes de Ian Foster ont concédé dix-huit pénalités, une anomalie dans le rugby international, une exception encore plus grande s’agissant des doubles champions du monde. "Sur les vingt dernières minutes, nous n’avons pas joué le rugby des All Blacks. Dans notre esprit, nous avions gagné le match. Ils sont revenus et nous avons commencé à donner des pénalités stupides. L’équation est simple, nous devons juste être durs avec nous-mêmes et être plus disciplinés", déclarait le flanker Dalton Papali’i. Ce sont d’ailleurs ces fautes qui ont permis aux Wallabies de passer d’un cinglant 8-33 à un plus honorable 25-33 pour conclure cette première manche de la Bledisloe Cup. Derrière son indiscipline criante, la Nouvelle-Zélande devra surtout faire une entame de feu. Le troisième ligne de 23 ans concédait que ses coéquipiers "n’étaient pas entrés dans le match et devaient au moins rester fidèles au système". Une philosophie payante mais qui pourrait se retourner si les Wallabies deviennent plus cliniques.

Lolesio doit retrouver sa réussite au pied

Le demi d’ouverture australien, Noah Lolesio, a illuminé la série de tests face au XV de France par son alternance dans le jeu et ses coups de pied cliniques. Auteur de deux coups de poignards victorieux contre les Bleus, le jeune ouvreur a connu plus de difficultés le week-end dernier avec seulement deux succès en cinq tentatives. Si Lolesio doit rapidement retrouver la mire, les avants eux continueront de perturber le pack néo-zélandais. La clé de la rencontre sera la touche, un secteur particulièrement identifié par Matt Taylor, l’adjoint de Dave Rennie. "Les All Blacks sont très bons sur les touches défensives. Ils sont nos miroirs sur ces phases de jeu. Ils sont très bons pour lire les indices, ce qu’ils ont fait au début du match."

Au-delà de la conquête, les Wallabies cherchent surtout leur premier match référence à l’occasion de l’ouverture du Rugby Championship. "Nous savons que les All Blacks joueront bien mieux mais en tant que groupe, nous devrons aussi grandir. Et je sais que c’est un cliché à dire, mais nous recherchons ce match référence sur quatre-vingts minutes. Si nous gagnons la bataille de l’occupation grâce à une bonne défense, nous les mettrons sous pression. C’est notre plan de jeu et nous verrons comment ils réagissent" expliquait Lukhan Salakaia-Loto. L’Australie reste une équipe crainte par son grand rival et joue presque son tournoi ce samedi, où une défaite cinglante pourrait miner les Wallabies.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?