Oyonnax a fait parler sa puissance

  • Les Oyonnaxiens ont remporté le derby de l’Ain
    Les Oyonnaxiens ont remporté le derby de l’Ain Midi Olympique - JEAN FRANCOIS BASSET
Publié le , mis à jour

Dans ce derby de l’Ain, chaque équipe a dominé territorialement une période. Mais Oyonnax a su valider ses temps forts en puissance quand Bourg manque encore de réalisme.

Oyonnaxiens comme Bressans attendaient avec impatience cette première confrontation pour évaluer leurs préparations. Les Haut-Bugistes remportent très logiquement la partie (22-6), même si chaque équipe a plutôt eu sa mi-temps. La différence ? Puissance et réalisme pour les joueurs de Joe El Abd. Les Oyonnaxiens ont marqué à deux reprises sur ballon porté par Leiataua avant d’inscrire un essai par Callandret sur un petit côté joué par Cassang après… ballon porté.

En revanche, et c’est logique à ce moment de la saison, les lancements de jeu plus élaborés n’ont pas abouti. Si Oyo a démontré sa puissance sur le plan offensif, cela aussi était le cas quand il a fallu résister aux assauts adverses. «Nous avons beaucoup travaillé notre défense, indique le deuxième ligne Thibault Lassalle. Nous voulons que cela soit un point fort cette année. Si nous voulons viser le haut du Pro D2, nous devons nous améliorer dans ce secteur.» Très agressifs sur le porteur de ballon adverse, les Haut-Bugistes ont opposé une ligne très hermétique et qui gagnait souvent des mètres quand les Bressans tenaient le ballon. Seule ombre au tableau de cette défense très hargneuse : des fautes qui pourraient coûter des points pendant la saison. «Nous avons eu des soucis de discipline, reconnaît Thibault Lassalle. Mais c’est dû à la pression des Bressans.» Et parfois à un peu d’impatience aussi. Puisque les visiteurs tentaient de gratter des ballons dans des rucks où cela était plutôt délicat de le faire.

«Cela peut nous permettre d’évoluer»

En face, Bourg-en-Bresse s’est créé des occasions en deuxième période mais n’a pas su les conclure. Sur un joli mouvement avec passe dans le dos, Bérard poussait au pied vers l’en-but mais l’essai de Santallier était refusé pour un genou en touche (52e). Puis El Khattabi et Credoz se couchaient dans leur en-but sous Poet (58e) puis Ioane (70e). De Fleurian ne pouvait conclure en bout de ligne à quelques centimètres près (71e). Et une dernière passe au pied de Poet vers l’en-but adverse était récupérée in extremis par les Oyonnaxiens (80e). «Il y a matière, sourit l’entraîneur de l’USB, Yoann Boulanger. Cela peut nous permettre d’évoluer. En défense, nous pouvons mieux faire. Nous voulions de la maîtrise et de la lucidité, les joueurs n’ont pas marqué mais ils sont repartis à l’offensive, sans s’énerver. Il nous manque un peu de précision près des lignes.» Chaque équipe sait désormais sur quels points travailler à moins de deux semaines du coup d’envoi de la saison.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?