Petitjean : « Que n’importe quel trois-quart soit capable de taper dans le ballon »

  • Maxime Petitjean pourrait être une des armes dans le staff toulonnais cette saison.
    Maxime Petitjean pourrait être une des armes dans le staff toulonnais cette saison. Icon Sport
Publié le

Alors que la nouvelle règle du 50-22 sera en vigueur cette saison, l’arrivée de l’ex-arrière d’Aurillac doit permettre de mieux appréhender les sorties de camp et le jeu au pied d’attaque.

Vous réalisiez déjà des interventions ponctuelles la saison passée et êtes désormais intégré au staff. Comment s’est déroulée votre arrivée à Toulon ?

Pendant le premier confinement, j’étais en contact avec Laurent Emmanuelli pour un éventuel poste mais cela ne s’était pas fait. Il m’avait alors proposé de faire quelques interventions à Toulon, ce qu’aavait accepté mon club d’Aurillac. Finalement, j’ai eu un super feeling avec Patrice (Collazo), Brique (Éric Dasalmartini) et Julien (Dupuy). Je suis alors venu de plus en plus régulièrement puis le RCT m’a proposé un contrat pour intervenir à 100 % dès cette saison. C’est une nouvelle vie, une nouvelle aventure mais le fait d’avoir fait des interventions la saison passée a facilité mon acclimatation.

Quel sera votre rôle exact ?

Je vais m’occuper du jeu au pied, de tout ce qui concerne la stratégie et l’analyse des équipes adverses. Je serais aussi chargé d’analyser leurs défenses, afin de voir quel type de jeu au pied il faudra mettre en place et je vais donner un coup de main à Julien (Dupuy) sur les trois-quarts. Enfin, j’aurais un rôle transversal avec le centre de formation, en formant les éducateurs jusqu’aux équipes cadets sur tout ce qui concerne le jeu au pied.

Avec votre arrivée définitive, et celle de James Coughlan (défense), Patrice Collazo a fait le choix d’étoffer son staff. Qu’est-ce que cela peut apporter au quotidien ?

Pour en avoir discuté avec lui, il veut qu’il y ait un son de cloche différent. Que ce ne soit pas toujours lui qui ait toutes les responsabilités. On a chacun notre domaine bien défini, on discute de beaucoup de choses, en tentant de ne jamais empiéter sur le boulot des autres. Cela permet à chacun d’avoir son cadre de travail, et je pense que c’est complet.

Puisque ce sera un enjeu qui vous concerne directement, que pensez-vous du 50-22 ? Cela va-t-il entraîner une révolution ou simplement une adaptation de la stratégie au pied ?

En réalité, je ne suis pas sûr que cela apporte énormément de changements, même si les équipes risquent de défendre à deux derrière, ce qui va automatiquement libérer des espaces dans le premier rideau. Ce sera peut-être l’opportunité de mettre plus de jeu, les "relanceurs" auront certainement plus d’opportunités. Actuellement nous regardons ce qui se fait dans le Super Rugby au niveau des défenses puis nous verrons après les matchs amicaux comment les équipes se seront adaptées.

Et en attaque ?

Il me semble désormais indispensable que n’importe quel trois-quarts soit capable de taper dans le ballon car dès lors qu’un défenseur montera un peu, il libérera des espaces…

Pour conclure, est-ce une évolution positive à vos yeux ?

Même si je m’occupe de la stratégie au pied, j’aime le jeu, alors bien sûr que s’il y a plus d’espaces, ça va être sympa (sourire). À voir comment s’adapteront les défenses. Bien sûr qu’il risque d’y avoir des opportunités sur les largeurs, sur les 15 mètres, ce qui sera propice au petit jeu de mouvement.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?