Retour du public : les supporters en reconquête

  • Aux quatre coins de France, le public a répondu présent lors des différents matchs amicaux de pré-saison. Une façon, le temps d’un match, d’oublier les vicissitudes de la Covid-19 et de savourer un avant-goût de retour à la vie normale.
    Aux quatre coins de France, le public a répondu présent lors des différents matchs amicaux de pré-saison. Une façon, le temps d’un match, d’oublier les vicissitudes de la Covid-19 et de savourer un avant-goût de retour à la vie normale. Photos Stéphanie Biscaye, Aurélien Delandhuy et Pablo Ordas
Publié le

Les matchs amicaux estivaux sont l’occasion pour le public de retrouver le plaisir de vivre un match de rugby depuis les tribunes. De Tulle à Perpignan, de Béziers à Saint-Cernin en passant par Montauban ou Bayonne. Après quasiment deux ans de privations, l’heure est à la communion !

Autant l’écrire tout net : un match de rugby, aussi beau soit-il, n’a pas la même saveur selon qu’il soit joué dans un stade vide ou devant un public passionné. Preuve en fut faite aux quatre coins de France depuis le lancement de cette campagne de matchs amicaux sans jauge sur présentation du pass sanitaire. La pandémie n’aura pas réussi à ôter le rugby du cœur de son public qui s’est empressé de retrouver les travées des différents stades dès que l’opportunité lui en a été donnée. Ainsi, chaque match a réuni entre 2 000 et 6 000 spectateurs. Un bien beau résultat pour des rencontres amicales disputées en plein mois d’août !

Aux quatre coins de France, le public a répondu présent lors des différents matchs amicaux de pré-saison. Une façon, le temps d’un match, d’oublier les vicissitudes de la Covid-19 et de savourer un avant-goût de retour à la vie normale.
Aux quatre coins de France, le public a répondu présent lors des différents matchs amicaux de pré-saison. Une façon, le temps d’un match, d’oublier les vicissitudes de la Covid-19 et de savourer un avant-goût de retour à la vie normale. Photos Stéphanie Biscaye, Aurélien Delandhuy et Pablo Ordas

Les joueurs, eux, accueillent avec bienveillance le retour dans les tribunes de cette rumeur lancinante, qui porte et encourage comme elle chambre ou invective. À Aimé-Giral, on a vu Jean-Baptiste Elissalde esquisser un sourire de défiance lorsque ses joueurs sont sortis à l’échauffement sous les huées du public perpignanais. Celui-là même qui, quelques secondes auparavant, avait réservé un vibrant accueil à ses protégés, au son d’un « Usap, Usap » de tous les diables, scandé par 3 000 voix en furie après s’être trop longtemps tues. Ah ! Il fallait les voir, ces Catalans magnifiques d’unité, écouter religieusement Luis Llach leur offrant son célèbre « Estaca » de sa voix de stentor. Que celui qui n’a pas eu les frissons lève le doigt ! Et même si ce public passionné fut très civilisé en respectant à la lettre les gestes barrières, à ce moment-là, le Covid-19 et ses dommages collatéraux étaient bien loin dans les esprits. Il flottait dans l’air comme une certaine idée du bonheur et du plaisir d’être ensemble autour d’un stade.

François Hollande : « C’est génial, le retour du public »

À peu près au même moment, à quelques centaines de kilomètres de là, l’ambiance était tout aussi festive du côté de Tulle, où le Stade français triomphait de Brive sous les yeux de l’ancien Président de la République, François Hollande, qui appréciait à sa juste valeur ce retour des spectateurs : « Thomas Lombard me disait que c’était la première fois qu’il voyait autant de monde dans un stade depuis un moment et je suis heureux que ça se passe ici à Tulle. C’est génial. Je pense que ça a été dur pour les joueurs de vivre sans les « Bravo », sans les sifflets quelques fois, sans la présence du seizième homme, ou de la seizième femme si on veut être paritaire ! »

Même son de cloche depuis le terrain, où l’emblématique capitaine briviste Saïd Hirèche savoure le retour de l’appui du public : « Ça fait plaisir de retrouver des gens dans le stade. Ça fait drôle aussi parce qu’on avait eu l’habitude de ne plus rien entendre, que les stades sonnent creux. Mais là, entendre la musique, les bandas, c’était génial. Pour nous, en tant que Briviste, pour qui le public est très important. » Du côté de Montauban, la victoire face à Colomiers, la première de cette présaison pour l’USM, est venue couronner une soirée de communion magnifique. Figurez-vous que Stéphane Ahmed, le jeune ailier montalbanais, présent depuis une saison seulement à Sapiac, n’avait jamais évolué devant du public sous les couleurs de l’USM. Il a savouré ses premiers pas dans la cuvette sapiacaine occupée : « Du public, je n’en ai jamais eu malheureusement entre le huis clos et le confinement… J’avais des étoiles plein les yeux ! »

Aux quatre coins de France, le public a répondu présent lors des différents matchs amicaux de pré-saison. Une façon, le temps d’un match, d’oublier les vicissitudes de la Covid-19 et de savourer un avant-goût de retour à la vie normale.
Aux quatre coins de France, le public a répondu présent lors des différents matchs amicaux de pré-saison. Une façon, le temps d’un match, d’oublier les vicissitudes de la Covid-19 et de savourer un avant-goût de retour à la vie normale. Photos Stéphanie Biscaye, Aurélien Delandhuy et Pablo Ordas

Si l’embellie se poursuit, les voyants sont au vert pour que la saison à venir soit belle. Les joueurs seront encouragés, le public verra du spectacle et les trésoriers des clubs, qui devaient se passer depuis le début de la pandémie des recettes liées aux buvettes et billetteries, respireront un peu mieux.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
David BOURNIQUEL (avec T. F.)
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?