Saga Bayonne - Jean-Frédéric Dubois : « L’idée est de rejouer à 15 ! »

  • L'ancien technicien du XV de France est en charge de l’attaque bayonnaise.
    L'ancien technicien du XV de France est en charge de l’attaque bayonnaise. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Appelé en remplacement de Rémy Ladauge, Jean-Frédéric Dubois a déjà travaillé avec Yannick Bru. Ce dernier lui demandera de redonner du lustre dans le jeu offensif.

Comment s’est faite votre venue à l’Aviron ?

Au dernier moment, je dirais. Je devais venir ajouter de la compétence au staff si le club se maintenait en Top 14. Au final, cela s’est fait quand même. Moi j’étais ravi, d’abord parce que Yannick qui m’a contacté est quelqu’un que j’apprécie beaucoup et avec qui j’ai déjà travaillé. C’est un manager reconnu par ses pairs et excellent technicien. Même si on est ami, quand cela n’ira pas, il saura me dire les choses. J’aime travailler de cette façon.

Une complicité partagée en équipe de France…

Il connaît aussi mes idées sur le jeu. Je sais comment il fonctionne aussi. Là, c’est le manager. Ça marche très bien. J’ai découvert le staff qui est très compétent. Pour le moment c’est un régal pour moi. Le groupe est sympa aussi. Il me tarde de voir les premiers matchs de championnat pour voir ce que cela donne.

Vous êtes ami avec Yannick Bru mais il est le manager. Cette hiérarchie change-t-elle les rapports entre vous ?

Non. C’est quelqu’un d’intelligent. C’est lui le patron. Moi je suis responsable de l’attaque. Il me fait confiance là-dessus. Il n’y a aucun souci. C’est, pour moi, comme l’an dernier à Carcassonne quand j’étais consultant avec Christian Labit que je connais bien. Aucun problème, au contraire.

Comment vous répartissez-vous les tâches avec Eric Artiguste ?

En fait, Yannick a repris la défense. Moi je suis en charge de l’attaque, donc. Éric Artiguste m’accompagne sur les trois-quarts et s’occupe aussi spécifiquement des ateliers techniques, les skills.

Avez-vous une mission ? Retrouver peut-être un certain jeu, un style, quand Yannick Bru parlait de lacunes de fin de saison ?

Je pense que l’équipe a été scindée en deux en fin de saison du fait des matchs à tension. L’idée est de rejouer à 15, c’est sûr. On parle beaucoup d’identité. Yannick y est attaché. Moi j’ai été inspiré dans les années 1980, je me souviens, par le jeu à la bayonnaise qui était bien représenté en équipe de France par les Perrier, Bélascain, Pardo. Et en élargissant du côté dacquois avec Bégu, Lescarboura, Sallefranque. Sans oublier Blanco. J’ai été baigné là-dedans. Il y avait des entraîneurs comme Jean Dauger, Roger Etcheto, Gérard Murillo. On s’inspirait de ce jeu à la bayonnaise et de cette identité-là. Yannick y tient beaucoup. Avec les inconvénients et le temps qui a passé. Mais je veux m’en inspirer, retrouver du plaisir dans le jeu et donner du plaisir aux gens. Tout en gagnant…

Même en Pro D2 ?

L’idée est qu’il y ait une meilleure répartition des ballons et que l’on joue à 15. Ensemble. Il faut retrouver un liant avants-trois-quarts.

Vous avez un bel effectif. Peut-être supérieur à celui de la saison passée. Cela vous donne-t-il une obligation de résultat ?

Je me doute que forcément je vais l’avoir. Cela ne me dérange pas. Je suis compétiteur. Autant que Yannick. On l’est tous dans le staff. Bayonne sera attendu partout. C’est un peu normal. Comme Agen le sera aussi. C’est un statut différent mais il faut l’assumer tout en étant humble. Tout le monde dans le groupe connaît le Pro D2 et chacun sait que ce sera difficile. Il n’y a aucun match facile. Tous les week-ends, les équipes quand elles vont rencontrer Bayonne seront à 150, 200 %. Il est possible qu’on joue des matchs de haut niveau à chaque fois et avec des contenus différents. Les gars en sont conscients. Ce n’est pas parce qu’ils étaient en Top 14 que tout va bien se passer…

Avez-vous le Top 14 en tête ? C’est, en tout cas, le discours du président.

C’est normal de la part du président qu’il ait cela en tête. Il nous faudra une certaine constance, une régularité tout au long de l’année et surtout préparer la fin de la saison. En ayant acquis des convictions pour en avoir un maximum au bon moment, avec de la fraîcheur.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?