Saga Toulon - Un effectif plus étoffé pour éviter les trous d’air

  • Les Toulonnais veulent retrouver le Top 6 en 2022.
    Les Toulonnais veulent retrouver le Top 6 en 2022. Icon Sport
  • Aymeric Luc pourrait être l'un des bons coups de l'intersaison toulonnaise.
    Aymeric Luc pourrait être l'un des bons coups de l'intersaison toulonnaise. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Quelques semaines avant la reprise du championnat et en l'honneur de la saga au sujet du RCT, petit tour d'horizon de l'effectif varois, poste par poste.

Arrières > En confirmant toutes les attentes placées sur ses épaules, Gervais Cordin s’est imposé comme l’une des pièces centrales du projet toulonnais. Imprévisible et décisif en attaque, et alors qu’il a progressé dans sa capacité à sortir par le pied, l’ancien Grenoblois semble aujourd’hui indiscutable sur la rade. Arrivé d’Aurillac à l’intersaison, Thomas Salles fera valoir ses qualités de jeu au pied et son profil d’arrière complet, qui lui ont permis de s’imposer comme l’un des tout meilleurs arrières du Pro D2 la saison passée. Enfin, Aymeric Luc, Duncan Paia’aua et Anthony Belleau pourraient également apporter des solutions au staff varois

Ailiers > Devenu international à la force d’une saison au quasi parfait, rien ne semble pouvoir stopper l’ascension de Gabin Villière. Ainsi, dès qu’il reviendra de son opération à une cheville, le joueur de 25 ans devrait logiquement retrouver sa place dans le XV. Derrière - si on considère Cordin plutôt comme un arrière - la concurrence sera relevée puisque Aymeric Luc (10 essais la saison passée), Atila Septar et Jiuta Wainiqolo, dont les qualités d’explosivité ont ébloui tous les observateurs aux JO de Tokyo, pourraient tous prétendre à une place de titulaire. Enfin Kalani Robert, Simon Moretti, Erwan Dridi voire Rayan Rebbadj ont tous montré de grandes promesses la saison passée et auront à cœur de prouver qu’ils pourraient jouer les trouble-fêtes.

Centres > Joueur toulonnais le plus utilisé en 2020-2021, Duncan Paia’aua s’est imposé comme l’un des maîtres à penser du système varois et devrait à nouveau avoir la confiance du staff. À ses côtés, revenu de deux blessures aux épaules, Julien Hériteau a réalisé une fin de saison canon et voudra confirmer qu’il est l’un des meilleurs centres du Top14. Quid de Belleau ? S’il est considéré comme un véritable ouvreur, l’international tricolore pourrait être amené à évoluer en « cinq-huitième ». Tout comme Smaïli. Jamais décevant dès lors que le staff lui a donné sa chance, Théo Dachary tentera de bousculer la hiérarchie. Enfin, Jiuta Wainiqolo semble apprécier le rôle de n° 13, et pourrait ainsi apporter un nouveau profil au centre du terrain.

Ouvreurs > Seul ouvreur de métier disponible la saison passée, Louis Carbonel a réalisé un exercice au plus que parfait. Tant par son animation que face aux perches (88 %), l’international tricolore a confirmé qu’il avait largement les épaules pour mener l’attaque varoise. De retour après une saison quasi blanche, Anthony Belleau tentera de retrouver l’intégralité de ses sensations et pourrait rapidement apporter son sens du jeu et sa longueur au pied au staff varois. Enfin, revenu après un an de prêt au Stade montois, Mathieu Smaïli devra apporter son goût pour l’attaque et son pied précis s’il veut bousculer la hiérarchie.

Demi de mêlée > S’il s’est imposé comme le leader charismatique du RCT la saison passée, c’est surtout sur le pré que Baptiste Serin a glané son statut d’intouchable. Performant dans le jeu, capable de prendre les sorties de camp à son compte (et des deux pieds !), l’international tricolore sera une saison encore l’un des cadres du RCT. Arrivé à l’intersaison en provenance de Brive, Julien Blanc tentera d’apporter sa vista au RCT. De son côté, cohérent à chacune de ses sorties en Rouge et Noir, Sonatane Takulua sera le joueur d’expérience à la mêlée. Enfin, fraîchement arrivé de Montpellier, Jules Danglot continuera son apprentissage du très haut niveau aux côtés de ses trois aînés.

Numéros 8 > Entre son inépuisable stratège et son « inarrêtable » porteur de balles, Toulon possède avec Sergio Parisse et Facundo Isa deux numéros 8 aussi décisifs que complémentaires. Si on ajoute le profil hybride de Cornell Du Preez et la polyvalence de Lopeti Timani, le RCT semble particulièrement équipé pour ce qui concerne l’axe de sa troisième ligne.

Troisième ligne aile > Charles Ollivon devra dans un premier temps revenir de son opération du genou gauche, nul doute que Swan Rebbadj, Raphaël Lakafia (meilleur plaqueur du Top14 en 2020-2021 !) et Julien Ory sauront faire valoir leurs qualités de puncheurs mais également de joueurs de ballons. Enfin, déjà entraperçus la saison passée, Mattéo Le Corvec et Clément Egiziano continueront de grandir aux côtés de leurs talentueux coéquipiers.

Deuxième ligne > Victimes de plusieurs pépins physiques la saison passée, Eben Etzebeth a cependant rappelé à chaque fois qu’il était en pleine possession de ses moyens qu’il était l’un des meilleurs deuxièmes lignes du monde. À ses côtés, Swan Rebbadj apparaît intouchable dans le XV varois mais est davantage considéré comme un flanker. Dès lors, Brian Alainu’uese devrait une saison encore avoir la confiance du staff, lui qui n’a jamais déçu depuis son arrivée en 2018. Quid de Leone Nakarawa ? S’il retrouve son meilleur niveau, nul doute que le magicien fidjien apportera de multiples solutions au staff varois. C’est également le cas de Quinn Roux, qui fera valoir son expérience et son sens du jeu sur la rade. Enfin, aperçus à plusieurs reprises la saison passée Matthias Halagahu et Adrien Warion tenteront de grappiller le plus de temps de jeu possible.

Piliers > À droite, Beka Gigashvili devrait une nouvelle fois avoir les clés du camion. Inamovible en mêlée fermée et précieux dans le jeu courant, le Géorgien sera à n’en pas douter indissociable à la bonne santé toulonnaise. S’il revient en forme de sa rupture du muscle pectoral, Emerick Setiano aura à cœur de bousculer « Giga » comme il était parvenu à le faire la saison passée. Fraîchement arrivé des Wasps, Kieran Brookes apportera quant à lui sa puissance et son expérience au pack rouge et noir. À gauche, Jean-Baptiste Gros semble désormais intouchable. Performant avec le RCT comme avec le XV de France, le gaucher tentera de poursuivre son explosion. À ses côtés, Florian Fresia et Bruce Devaux, toujours là quand le staff a fait appel à eux, continueront d’apporter leur mobilité et leur puissance.

Talonneurs > Opéré suite d’une rupture des ligaments croisés intervenue en mai, Christopher Tolofua devrait manquer, a minima, quatre mois de compétition. Dès lors, c’est le nouvel international Anthony Étrillard qui semble faire office de numéro 1. Revenu en forme en fin de saison, après une première moitié d’exercice délicate, le Basque aura sans nul doute à cœur de retrouver ses sensations le plus rapidement possible. De son côté, Bastien Soury fera valoir sa puissance et son sens du jeu pour tenter de bousculer la hiérarchie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?