Un challenge à relever

  • Le manager Johann Authier (à gauche avec la casquette) a vu la moitié de son effectif changer lors de cette intersaison. Les Drômois seront attendus au tournant et doivent ainsi se préparer en conséquence.
    Le manager Johann Authier (à gauche avec la casquette) a vu la moitié de son effectif changer lors de cette intersaison. Les Drômois seront attendus au tournant et doivent ainsi se préparer en conséquence.
Publié le

Relégué en nationale, Valence-Romans a comme objectif de retrouver le Pro D2 au plus vite, si possible dès 2022.

C’est une nouvelle aventure, un challenge excitant qui s’annonce pour le collectif drômois. « C’est un nouveau cycle, avec un turnover important (50 % de l’effectif a changé). C’est une nouvelle ambition, avec l’objectif de retrouver l’étage supérieur, si possible dès la fin de saison », nous signifie le boss du sportif Johann Authier. Et de continuer : « C’est un effectif qui a été choisi. Il y a de nouveaux joueurs qui vont amener un vent de fraîcheur. Cela faisait quatre ans que nous avions un effectif régulier. Certains ont souhaité changer de trajectoire. Nous avons dû faire face à quelques départs non prévus. Notre réactivité a été celle d’un club ambitieux, bien que le marché des transferts dans le monde professionnel à cette époque de la saison soit relativement fermé. Je le répète, les recrues vont amener un vent de fraîcheur, avec beaucoup d’appétit. »

Miser sur la cohésion

Le renouvellement à moitié de l’effectif pose le problème de la cohésion. « Le groupe s’est construit dans la difficulté. Les gars sont revanchards. Maintenant, le but est de construire dans la durée parce que la saison va être longue », insiste Johann Authier. En cette entame de la saison, la préparation physique prédomine mais le ballon est au centre des séances. Il s’agit de prendre ses repères, répéter les gammes, trouver des automatismes… des activités ludiques et extra-sportives sont programmées afin de souder le groupe. Le staff pourra compter sur des joueurs d’expérience qui ont décidé de poursuivre l’aventure (Florian Goumat, Alexis Armary, Kevin Goze, Charles Bouldoire, Jody Jenneker). Des joueurs qui connaissent la maison, les codes… Idéal pour les recrues pour s’appuyer sur cette expérience. Des jeunes à des postes clés, tels que Samir Zouhair, Cyril Ballus, qui ont eux aussi ont décidé de relever le challenge. Parmi les recrues, un savant dosage de jeunesse et d’expérience a donné un résultat détonnant. La signature de l’ex-Bayonnais et international Vincent Pelo (33 ans, pilier) en est la parfaite démonstration.

Garder la philosophie de jeu

Et Johann Authier de rebondir : « Nous misons sur la formation. Ces jeunes ont la possibilité de montrer leur nez. » Cette poule de Nationale, les Damiers l’abordent avec ambition et humilité.  La concurrence sera rude, très rude, chacun au club en est conscient. Nombreux sont ceux qui aspirent à accéder à l’échelon supérieur. Les Damiers vont également retrouver les savoureux derbys face à Aubenas-Vals, Bourgoin, Chambéry… Johann Authier en est parfaitement conscient : « C’est une poule homogène. Nous serons l’équipe à battre. Attendons-nous à devoir faire face à un rugby physique à chaque match. Le rugby est un sport de combat et nous devrons répondre dans ce domaine. Pour autant, notre philosophie de jeu ne changera pas. Nous avons confiance. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Par Denis Ravanello
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?