Face à Clermont, l'heure des derniers réglages pour Aurillac

  • Face à Clermont, c'est l'heure des derniers réglages pour Aurillac
    Face à Clermont, c'est l'heure des derniers réglages pour Aurillac Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le Stade aurillacois est prêt à mettre le nez dans la pelouse. Ce soir, le groupe de Roméo Gontineac affronte « le grand frère » montferrandais. Une dernière touche « amicale » avant la première échéance de Pro D2, la semaine prochaine à Béziers. «Nous allons réduire encore plus le groupe avec une trentaine de joueurs. Nous avons besoin cette fois de certitudes sur un ou deux points», confirme l’entraîneur aurillacois. Des certitudes sur la mêlée probablement, où il faudra faire sans le talon Nioradze (main), voire Smith (contracture). L’occasion pour le jeune Lachaud de montrer son potentiel. Des attentes plus globales également sur la défense et les relances de jeu. « Il faudra être fort dans ce secteur, car il risque d’y avoir pas mal de turn over », anticipe le technicien roumain.

Un dernier test de taille

Voici 15 jours, qu’Aurillac a fait le tour de son effectif face à Agen, l’ancien pensionnaire du Top 14 (défaite 24-7), où l’idée était de courir, se déplacer, déplacer le ballon… La semaine dernière les intentions se sont précisées face à Bourgoin (victoire 45-15). Avec un groupe un peu plus réduit, les Cantaliens se sont montrés un poil plus précis dans l’animation et dans les intentions, une copie plutôt intéressante. Le public de Jean-Alric a d’ailleurs apprécié la prestation et il n’en attend pas moins face à l’un des cadors du Top 14. Cette dernière séance de travail demandera donc confirmation sur le collectif défensif, sur la tenue de la mêlée, sur l’alignement, sur la capacité à créer du surnombre et s’ouvrir les espaces en mettant de la vitesse…

Face à l’ASM, c’est l’occasion rêvée de mettre à profit six semaines de préparation. Les attentes sont nombreuses et nul doute que le public va se déplacer en nombre pour ce dernier match de préparation. Les Aurillacois ont jusqu’ici fourni un gros travail tant physique que technique. «C’est le timing qu’il faut maintenant régler, face à un champion de France qui plus est. Il y aura certainement des couacs. Cela reste avant tout une grosse séance de travail», insiste Roméo Gontineac.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?