À Colomiers, sans réalisme, pas de réjouissance

  • À Colomiers, sans réalisme, pas de réjouissance
    À Colomiers, sans réalisme, pas de réjouissance Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Maladroit proche de l’en-but catalan, l’USC n’a jamais inquiété une USAP attentiste. Les joueurs de la colombe concluent leur présaison par une deuxième défaite.

Colomiers n’a pas redressé la barre depuis sa défaite à Montauban. Pourtant, ce vendredi soir sur la pelouse de Perpignan, les hommes de Julien Sarraute et Fabien Berneau n’ont jamais fermé le jeu. Sur une des plus longues séquences du match, les Columérins relançaient tous les ballons et jouaient vite les touches, pour déstabiliser la défense adverse, au plus grand plaisir des spectateurs catalans.

Mais les joueurs de la Colombe ne réussissaient pas à concrétiser leurs occasions. Les 20 premières minutes étaient le théâtre d’un enchaînement de maladresses à l’approche de l’en-but. Devant, les touches à 5 mètres n’étaient pas captées et la ligne arrière n’arrivait pas à se trouver sur les combinaisons. Peu combatif ce soir-là, Perpignan réussissait tout de même à gratter quelques ballons précieux dans les rucks pour garder Colomiers muet à la mi-temps.

« Pas là pour faire un résultat »

L’USC sauvait l’honneur avec un essai de Moro en fin de match mais ne se réveillait pas dans le secteur offensif. Après la rencontre, l’ouvreur Romuald Séguy ne s’attardait toutefois pas sur le résultat du match. En s’appuyant sur son souvenir de 2018-2019, quand il débuta la saison à... l’Usap : « On avait gagné nos deux matchs amicaux et, ensuite, on n’a pas gagné pendant 17 journées. Pour moi, ces rencontres ne veulent pas dire grand-chose. On n’était pas là pour faire un résultat mais pour construire un groupe et préparer notre saison. Notre objectif, c’est la réception d’Aix-en-Provence. » Vaincus mais satisfaits de leur investissement la semaine précédente, louant aussi leur abnégation, les Haut-Garonnais ont montré un visage moins séduisant, moins dangereux et tranchant à Perpignan. Séguy ne le nie pas : « On avait des exigences, ce soir. On va encore travailler pour parfaire tout ça. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gauthier Baudin
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?