Entre stabilité et éclosion d’espoirs

  • Entre stabilité et éclosion d’espoirs
    Entre stabilité et éclosion d’espoirs Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cette saison, l'ASM Clermont a recruté seulement deux nouveaux joueurs. Le staff mise donc sur la stabilité de cette équipe clermontoise et sur ses jeunes talents. 

Arrières > Après une bonne première saison en Auvergne, Kotaro Matsushima devrait à nouveau être le titulaire indiscutable au poste d’arrière cette saison. Avec un an d’expérience dans le Top 14, il ne serait d’ailleurs pas surprenant de voir le Japonais apporter plus de différences dans la ligne d’attaque clermontoise. Derrière, Cheikh Tiberghien semble encore trop tendre pour venir bousculer Matsushima. Si le jeune international U 20 a de bonnes qualités de vitesse et d’explosivité, les équipes adverses l’ont souvent mis en danger sous les ballons hauts. Tiberghien pourrait, lui aussi, vite s’améliorer après une année pleine avec le groupe professionnel.

Ailiers > Malgré le départ de l’expérimenté Peter Betham, l’ASM disposera de quatre ailiers issus du groupe professionnel. Damian Penaud et Alivereti Raka sont les favoris pour occuper les deux ailes clermontoises au début de la saison. Le duo d’internationaux a été régulier l’année passée et semble avoir une longueur d’avance sur Bastien Pourailly et Samuel Ezeala. Le premier est arrivé à l’été 2020 et n’a pu bousculer la concurrence malgré un profil véloce, atypique dans l’effectif clermontois. Le jeune Ezeala lui, a souffert d’une grave blessure à un genou et est toujours strappé. L’ancien Palois et l’Espagnol auront certainement l’occasion de se montrer davantage si Penaud et/ou Raka partent en équipe de France.

Centres > Si George Moala apparaît comme une locomotive au centre du terrain, une diversité de profils se bouscule pour prendre la place de deuxième centre. Entre le revanchard Wesley Fofana, le polyvalent Jean-Pascal Barraque ou le puissant Apisai Naqalevu, l’ASM dispose de toutes les armes dans ce secteur du jeu. Les deux derniers sont toujours blessés et manqueront le début de saison avec leurs coéquipiers. Derrière le quatuor, le jeune Tani Vili a, lui aussi, une carte à jouer et pourrait tirer parti de l’absence de Barraque et Naqalevu pour bousculer l’ordre établi. Ses capacités de vitesse et de puissance seront en tout cas observées avec grand intérêt.

Ouvreurs > Pour porter le numéro 10, Camille Lopez est naturellement favori pour débuter la majorité des rencontres clermontoises. Intronisé capitaine la saison passée et véritable maître à jouer de l’ASM, son absence en fin de saison dernière avait amené à de nombreux réajustements à l’ouverture. Pour pallier le manque d’ouvreur de valeur, Clermont s’est tourné vers l’ancien numéro 10 du Munster JJ Hanrahan. Buteur fiable, sobre dans son jeu, doté d’un long jeu au pied, l’Irlandais cherchera à obtenir un autre rôle que celui d’une doublure annoncée. Jono Gibbes a d’ailleurs annoncé au moment de la reprise qu’il était "prêt à gagner sa place" à Clermont.

Demi de mêlée > Morgan Parra, Sébastien Bézy et Kevin Viallard vont se disputer le numéro 9 avec une sérieuse concurrence. D’abord en retrait la saison passée, Parra a retrouvé sa place de taulier dans les matchs couperets en redevenant le titulaire à la mêlée. Bézy, lui, a commencé fort avant de s’éteindre peu à peu. Avant le premier match face à Lyon, le poste n’est toujours pas verrouillé et l’ASM devrait, comme l’année passée, bénéficier des deux styles de jeu opposés de l’un et de l’autre. Kevin Viallard continue d’apprendre aux côtés des deux internationaux et pourrait lui aussi apporter sa vitesse et sa rapidité d’exécution.

Numéros 8 > La place semble une nouvelle fois réservée à Fritz Lee. Pour sa neuvième saison en Auvergne et malgré ses 32 ans, le Néo-Zélandais inspire toujours autant de confiance en troisième ligne centre. Mais le véritable enjeu du staff clermontois sera d’installer une véritable doublure à l’un des cadres de l’ASM. Peceli Yato a joué à plusieurs reprises avec le numéro 8 dans le dos mais semble meilleur au poste de flanker. Des profils physiques comme Jacobus Van Tonder ou Judicaël Cancoriet pourraient être utilisés pour suppléer Fritz Lee. Chez les espoirs, le capitaine des U 20 Killian Tixeront pourrait prendre davantage d’expérience cette saison.

Troisième ligne aile > Cette saison encore, la concurrence sera intraitable pour les deux places de flanker. Clermont dispose d’ailleurs d’une grande variété de joueurs à un poste, où à part Arthur Iturria, personne n’a vraiment su se rendre indispensable la saison passée. Revenu après de longs mois de blessure, le Basque est vite redevenu un taulier de la touche auvergnate. À l’aube de l’ère Gibbes, Iturria a toutes les chances de consolider son statut. Derrière, Alexandre Fischer et Judicaël Cancoriet ont une belle carte à jouer. Le premier est devenu essentiel dans son rôle de gratteur, et le second doit se relever après une saison en demi-teinte. L’ASM comptera enfin sur ses espoirs, avec Clément Lanen et Lucas Dessaigne, auteurs de débuts prometteurs la saison passée et qui ne demandent qu’à éclore.

Deuxième ligne > En manque de puissance après la perte de Sitaleki Timani, l’ASM s’est tourné vers Tomas Lavanini pour remplir ce rôle. L’Argentin devra répondre aux attentes auvergnates tant son recrutement paraît presque vital. Sébastien Vahaamahina risque de ne pas débuter la saison (hernie discale) et Lavanini n’arrivera qu’en octobre. En début de saison, l’attelage devrait donc être composé de Paul Jedrasiak, qui sort de sa meilleure saison, et… d’un invité mystère. Quid de Peceli Yato, Thibault Lanen ou Jacobus Van Tonder viendra soutenir les piliers lors des premières journées ?

Piliers > Après une saison quasi blanche, Étienne Falgoux devra reprendre sa place de pilier gauche titulaire, subtilisée par le percutant Peni Ravai. Le jeune Daniel Bibi Biziwu s’est, lui aussi, révélé dans un style impactant ballon en main et pourrait être une bonne alternative pour le staff clermontois. À droite, la bataille se jouera entre trois joueurs aux motivations divergentes. Cloué sur le banc, puis en tribunes en fin de saison, Rabah Slimani doit retrouver sa domination passée et définitivement prendre l’ascendant sur ses deux coéquipiers, en pleine confiance. Le Moldave Cristian Ojovan et Sipili Falatea auront un rôle essentiel dans le jeu clermontois. Plus mobiles et incisifs que l’international français, les jeunes piliers doivent tout de même progresser en mêlée fermée, un secteur prisé par Slimani…

Talonneurs > Adrien Pélissié, Yohan Beheregaray et Étienne Fourcade doivent mettre leur équipe dans l’avancée ballon en main et apporter leur puissance dans le jeu courant. Fauchés en plein vol la saison dernière, Pélissié et Beheregaray sont aujourd’hui prêts à refouler le terrain et à suppléer Fourcade, en surrégime en fin de saison. L’ancien Grenoblois part avec une longueur d’avance et une année d’expérience en plus, depuis son arrivée en Auvergne la saison passée. Prolongé jusqu’en 2024, le jeune Benjamin Boudou devrait lui continuer son apprentissage.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?