En souvenir de « Ibou » Diarra, Castres et Montauban réunis pour un match

  • Ibou aurait apprécié
    Ibou aurait apprécié Aurélien Delandhuy - Aurélien Delandhuy
Publié le , mis à jour

Le CO s’adjuge le premier trophée Ibrahim-Diarra de l’histoire. Ce match de préparation a permis aux Tarnais de voir une grande partie de l’effectif évoluer. Intéressant.

L’histoire retiendra que le premier trophée Ibrahim-Diarra de l’histoire est tombé dans l’escarcelle du Castres olympique. Ce vendredi 20 août 2021, sur la pelouse d’un stade Pierre-Fabre écrasé de soleil, le CO a tenu son rang, bon an, mal an, en s’imposant sur le fil face à une vaillante et prometteuse équipe de Montauban. À respectivement une et deux semaine(s) de la reprise du Pro D2 et du Top 14, l’essentiel était ailleurs, bien évidemment.

Ce match fut avant tout l’occasion d’honorer la mémoire d’Ibrahim, disparu tragiquement en décembre 2019, à 36 ans, des suites d’un terrible accident cardiaque. Ses copains, qu’ils portent la tunique vert et noir ou ciel et blanc n’ont pas triché et ont livré un vrai bon match de rugby, sous les yeux de la famille d’Ibrahim, venue participer à l’hommage. Pour sûr, "Ibou" aurait apprécié cette journée à sa juste valeur.

Les premiers pas des recrues

Et sur le terrain, alors ? Cette rencontre préparatoire a parfaitement rempli la mission pour laquelle elle avait été programmée. Le Castres olympique a pu procéder à une première grande revue d’effectif et mettre en application les systèmes travaillés dans la semaine lors du stage à Saint-Lary-Soulan. L’occasion fut donnée aux recrues d’obtenir leurs premières minutes de temps de jeu sous leur nouveau maillot et dans leur nouvelle antre de Pierre-Fabre.

Le trois-quarts centre Antoine Zeghdar, le pilier Antoine Guillamon, le troisième ligne Nick Champion de Crespigny, l’ouvreur Ben Botica ou l’ailier Josaia Raisuqe ont ainsi régalé le public nombreux de leurs premiers ballons. Martin Laveau, qui sort d’une saison quasi-blanche minée par les blessures, a lui aussi pu se faire plaisir et retrouver les sensations d’une rencontre à balles réelles.

Les Castrais, d’abord malmenés par une USM très en jambes, sont montés en puissance au fil de la rencontre, pour finalement s’imposer dans les dernières minutes, sur un essai de filou de l’inusable Thomas Combezou. « Je suis satisfait de la deuxième mi-temps dont le contenu était abouti ; beaucoup moins de la première, résume Pierre-Henry Broncan, le manager tarnais. Je m’attendais à ce genre de scénario. C’était notre premier match, nous avions quarante joueurs impliqués. J’ai vu de belles choses, preuve que le travail fourni en stage a payé. Les joueurs étaient dans l’avancée en deuxième période. En début de match, nous faisons une bonne entame, on mène 5 à 0, puis on arrête de jouer. Le rugby est un sport de combat, il faut avancer à ce jeu ! Quand on joue à la "baballe", on ne gagne pas au rugby. »

Cap maintenant sur le 4 septembre et la réception de Pau pour lancer le championnat.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?