Oyonnax a des choses à régler

  • S’ils n’ont pas su se défaire de l’emprise grenobloise, les Oyomen n’ont pas tout perdu : ce match restera une bonne base de travail avant de plonger dans le grand bain, la semaine prochaine.
    S’ils n’ont pas su se défaire de l’emprise grenobloise, les Oyomen n’ont pas tout perdu : ce match restera une bonne base de travail avant de plonger dans le grand bain, la semaine prochaine. Jean-François Basset - Jean-François Basset
Publié le

Les matchs de préparation ont permis au club de l’Ain de prendre la mesure du travail qu’il doit encore accomplir pour assumer ses ambitions.

En ce début de saison, Tommy Raynaud a pris le capitanat de l’équipe de l’Ain. En analysant le dernier match de préparation livré face aux Isérois, le pilier oyonnaxien ne mâche pas ses mots : « Juste après la mi-temps nous menions de dix points et nous leur offrons un essai. À la sortie nous faisons match nul. C’est un résultat plutôt chanceux. Nous aurions pu perdre si Grenoble avait tenté une dernière pénalité. Mais même si nous avions gagné, il n’y aurait pas eu de quoi être satisfait. Nous avons commis trop d’erreurs. Nous nous sommes trompés individuellement. Il nous reste beaucoup de travail pour ne pas reproduire ce genre de match. Si nous pouvons être satisfaits de notre préparation sur un plan physique et par rapport à l’intégration des nouveaux joueurs, nous devons reconnaître que nous avons livré deux matchs très moyens. Démarrer le championnat avec cette frustration est peut-être une bonne chose. » À la décharge des Oyonnaxiens on retiendra les multiples changements qui, à partir de la 50e minute, moment où le duel se rééquilibra, ont pu nuire tout autant à la cohésion du groupe qu’à la cohérence du jeu. Auteur d’un essai, le deuxième ligne Tom Murday valide. « Le match a manqué de rythme, il a été haché par de multiples fautes. C’est bien dans un match de préparation de faire des mêlées et des touches mais on ne peut pas s’en contenter ».

El Abd se veut positif

Joe El Abd ne s’abrite pas derrière l’argument des multiples changements. Il assume : « Sur les deux matchs de préparation que nous avons disputés, l’objectif était de donner beaucoup de temps de jeu à un maximum de joueurs. À partir de là, il était nécessaire d’opérer des rotations. En soi le résultat est anecdotique. Nous savons très bien que tout sera différent dans une semaine à Grenoble. Mais nous allons malgré tout tirer des enseignements de cette rencontre. Elle nous a permis de mesurer le travail que nous avons encore à mener en mettant en évidence tous les points que nous avons à régler. Sur le fond nous devons être à la fois plus exigeants et plus ambitieux. » Parmi les choses qui ont du mal à passer, l’entraîneur oyonnaxien cite « l’essai que nous leur donnons juste après en avoir inscrit un qui nous avait permis de creuser l’écart. Ce genre d’erreurs ne doit plus se reproduire ».

À une semaine du lancement de la compétition, Joe El Abd se veut positif : « Nous avons une véritable équipe, homogène, impliquée. Il nous reste à aller dans le détail pour améliorer notre jeu mais par rapport aux valeurs qui sont celles des Oyomen, le groupe est au point, sur et en dehors du terrain. » Le patron des Oyomen retient un ultime point de satisfaction « nous avions quelques joueurs à l’infirmerie avant de lancer la saison, mais lors de cette phase de préparation nous n’avons eu aucun blessé. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?