Saga ASM Clermont - La fusée clermontoise parée au décollage

  • Saga ASM Clermont - La fusée clermontoise parée au décollage
    Saga ASM Clermont - La fusée clermontoise parée au décollage Flora Herbane - Flora Herbane
Publié le , mis à jour

Si l’effectif auvergnat n’a pas bougé, le changement de staff fait déjà souffler un vent nouveau sur l’ASMCA. Revanchard, en manque de son public, Clermont est prêt à la guerre des étoiles.

Elle fait partie de ces défaites qui sonnent la fin d’une ère. Quelques minutes après le coup de sifflet final du barrage face à l’UBB, l’ASM tournait la page Franck Azéma par un revers symptomatique d’une saison 2020-2021 en montagnes russes, parsemée de trop nombreuses blessures et d’inconstance pour glaner, sinon un titre, au moins une demi-finale. Deux mois plus tard, Clermont change de cycle, d’approche et veut revenir aux sources de sa réussite.

Le constat est unanime. Que ce soit pour Morgan Parra (interview du 16 août 2021), Xavier Sadourny (lire ci-dessous) ou le président Jean-Michel Guillon, l’ASM doit avant tout remettre les pendules de l’exigence à l’heure. « Ce club se doit d’avoir toujours les mêmes, objectifs chaque saison. Le niveau d’ambition et d’exigence doit être le même, chaque année. Le club le mérite, mais il a surtout cette responsabilité vis-à-vis de la région et de tous ceux qui nous suivent. Cette saison encore, l’objectif sera un titre avec a minima le top 6 », explique celui qui débutera sa deuxième saison à la barre clermontoise. Pour retrouver les doux moments du dernier Brennus en 2017, l’ancien cadre du groupe Michelin mise sur la formation et répond à certaines critiques liées au recrutement de seulement deux joueurs. « Nous ne disposons pas de la profondeur d’effectif dont peuvent bénéficier certains clubs, mais nous avons de vrais talents à faire émerger et qui peuvent nous amener un titre. Ensuite, la formation est un point clé. Aujourd’hui, 50 % des joueurs de l’équipe première sont formés au club. C’est notre ADN. On ne peut pas juger la qualité de notre club uniquement sur le nombre de recrues étrangères et sans apprécier le travail de la formation », souligne Jean-Michel Guillon.

Amener l’effectif complet au bout de la saison

Avant de tirer ses premières cartouches, Clermont s’appuie depuis un mois et demi sur ses jeunes pour concurrencer les «anciens de la maison". « On est quasiment au complet, on touche du bois pour ne pas avoir de pépin avant le début du championnat… mais là, ça monte en intensité », se satisfait le préparateur physique Mark Robertson, un sourire en coin. À trois semaines de la 1re journée de Top 14 face à Lyon, Jean-Pascal Barraque, victime d’une hernie discale en juillet, avait repris la course. Adrien Pélissié et Sébastien Vahaamahina, victimes de la même blessure, sont eux pleinement de retour. Hormis les internationaux, qui reviendront cette semaine, seuls Apisai Naqalevu et Alexandre Lapandry étaient absents du groupe avant le premier match amical à Aurillac. Avec une année en plus dans les jambes et dans la tête, la classe biberon de l’ASM est, elle aussi, attendue au tournant. Envoyés au feu la saison passée, Daniel Bibi Biziwu, Benjamin Boudou et autres Miles Amatosero ne comptent pas redoubler. Devant eux, les cadres devront aussi répondre présent. Les matchs « imperdables » de la saison passée ont été nombreux et restent encore dans les têtes. Symbole ultime de ces succès chapardés : la défaite à la 87e minute face à Bordeaux-Bègles, alors que les Jaunards tenaient le ballon à vingt secondes du terme. Regrettable pour les observateurs, impardonnable pour le club.

Privés de leur public, les Clermontois veulent aussi emmener toute une région dans leur sillage. « Clermont est une fusée à trois étages. Il y a d’abord l’équipe première, puis l’ASM Omnisports dans son ensemble avec l’important travail de formation, et ensuite le territoire. Le club représente l’Auvergne et pas uniquement la ville de Clermont-Ferrand. Peu de clubs ont cette chance et nous nous devons d’avoir la plus compétitive des équipes. Pour un stade qui rugit à nouveau », détaille le président clermontois. À l’aube de l’ère Guillon – Gibbes, le cap est fixé pour retrouver la réussite des tandems Fontès – Cotter et Cromières-Azéma.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?