Une femme au sifflet en Pro D2 !

  • Une femme au sifflet en Pro D2 !
    Une femme au sifflet en Pro D2 ! Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Aurélie Groizeleau officiera en Pro D2 cette saison. S’il ne s’agit pas d’une première, l’événement reste marquant tant elle semble s’inscrire dans l’avenir de l’arbitrage français.

Sa présence ce vendredi soir sur un terrain professionnel, en l’occurrence sur la touche à Colomiers, ne sera pas une première. Pourtant depuis quelques années, elle arbore le costume de pionnière de l’arbitrage féminin français. On a pu la voir au sifflet de rencontres du Tournoi des 6 Nations féminin, mais également sur des rencontres masculines, qu’elle enchaîne chaque week-end, jusque dans le championnat de National. Elle qui s’inflige cinq séances d’entraînement par semaine entre course et gainage, et qui « au lieu de regarder la télé le soir, fait des analyses vidéos » livre sa réaction : « Je ressens beaucoup de joie et de fierté avec cette promotion. Le travail paie. C’est assurément une des promotions les plus importantes de ma carrière, au même niveau que les rencontres internationales car, cette fois-ci, ça concerne mon quotidien, des rencontres que j’arbitre chaque semaine. C’est d’autant plus important que ça va me permettre de progresser, alors que la saison s’achèvera par la Coupe du monde. » En effet, World Rugby a pris la décision de n’appeler que des arbitres féminines, pour la Coupe du monde féminine 2022. Même si la sélection des officielles ne sera dévoilée qu’en mai, ne pas la voir décoller pour la Nouvelle-Zélande serait une surprise.

Bientôt promue en Top 14 ?

Cette promotion est tout aussi importante pour elle qu’elle devrait bousculer sa manière de travailler. Dotée d’un statut amateur — elle travaille dans la ferme familiale, un élevage de pigeons près de La Rochelle — la Fédération devrait lui proposer un statut semi-professionnel dans les semaines à venir. Alors, pourquoi ne pas rêver de Top 14 ? Franck Maciello, directeur national de l’arbitrage français appuie : « On pourrait l’y voir d’ici un, deux, trois ans, voire jamais. Ce sont ses performances qui dicteront son évolution. Mais elle coche toutes les cases. Elle est rigoureuse, à l’écoute des directives, sensible à la santé des joueurs… Aurélie a son destin en main. » Avant de rêver de Top 14, elle souhaite avant tout bien démarrer ce vendredi au stade Bendichou, en espérant également susciter des vocations qui, pour plus de renseignements, n’ont qu’à écrire à l’adresse mail : jeveuxarbitrer@ffr.fr

Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
neotaist Il y a 1 année Le 27/08/2021 à 21:04

bienvenue à elle !