Bons débuts… comptables pour Bayonne

  • Maxime Lafage et les Bayonnais entament la saison pied au plancher et veulent marquer les esprits d’entrée de championnat. Photo Pablo Ordas
    Maxime Lafage et les Bayonnais entament la saison pied au plancher et veulent marquer les esprits d’entrée de championnat. Photo Pablo Ordas - Pablo ORDAS
Publié le

L’Aviron a bien débuté son championnat avec une victoire bonifiée face à Agen. Malgré une deuxième mi-temps confuse et un jeu mal maîtrisé.

Les attentes étaient-elles trop fortes ? Bayonne l’a certes emporté avec les cinq points mais son jeu s’est complètement délité en deuxième période. Pas au point tout de même de se mettre en danger ni de laisser filer son bonus. Ou d’empêcher les nombreux supporters de se laisser aller à leur joie. Les débuts de championnat ne volent généralement pas au secours de l’idéal. Alors, le match, pris dans sa globalité, a engendré du positif. « C’est un premier match, justifie Rémy Baget. Il ne faut pas s’attendre à être directement en place. On peut se montrer fier même s’il y a beaucoup de choses à travailler mais c’est une bonne première ! » Surtout après le traumatisme de l’an passé que plus personne n’évoque d’ailleurs. évacué, semble-t-il.

Les propos de l’ailier résument parfaitement l’esprit du vestiaire bayonnais, conscient des imperfections de ce premier rendez-vous. Le Pro D2 vous rattrape vite. « L’objectif principal, victoire et bonus, a été atteint, souffle Mariano Galarza. Mais on sait qu’on peut beaucoup mieux jouer que ça. Cette deuxième mi-temps ne reflète pas notre niveau. On savait que lors des vingt premières minutes, ce serait la guerre. à la fin de cette première période, on a retrouvé notre rythme et le jeu qu’on veut pratiquer. Mais du point de vue général, nous avons perdu beaucoup de ballons, nous avons tenté la passe trop. On doit travailler tout ça mais le fait de gagner rend la tâche plus facile. à force de patience, nous avons trouvé les espaces. En contrôlant davantage notre jeu, tout s’enchaînera. »

Des bases défensives solides

Cette deuxième période restera le point noir du match. L’Aviron n’aura réussi qu’une seule action. Celle qui consolidera le point de bonus à sept minutes de la fin. Cette deuxième partie n’est pas restée, bien sûr, sans passer sous le filtre de Yannick Bru. « Elle a été d’un niveau très faible, appuie-t-il. Il va falloir travailler parce qu’on ne peut pas accepter ça ! »

La sévérité de son jugement n’aura tout de même pas occulté les endroits positifs. Et notamment ce qu’il voulait souligner d’entrée de jeu, le succès bonifié. « Les cinq points pour débuter étaient quand même la cible qu’il fallait atteindre. Ce n’est jamais facile de démarrer une saison dans le contexte qui était le nôtre, avec une équipe d’Agen qui venait dans le rôle d’outsider pour empêcher les choses de tourner en rond. Maintenant, on ne peut pas se satisfaire de cela, vingt-cinq minutes de haut niveau sur quatre-vingts. L’équipe est capable de faire beaucoup mieux.»

Si nombreux ont été les ballons abandonnés à l’adversaire, la défense, sous tous ses aspects avec notamment les ballons portés agenais près de la ligne constamment repoussés, aura été l’une des satisfactions. Bayonne n’aura jamais non plus subi la contestation adverse dans sa conduite du match au niveau du score. Ni même vu son point de bonus menacé.

Reste pour l’Aviron à maîtriser l’embrouillamini inaugural. Pour son déplacement prochain à Aurillac ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?