Travers : « Les compteurs sont remis à zéro »

  • Le manager francilien espère mener les siens vers un trophée la saison prochaine.
    Le manager francilien espère mener les siens vers un trophée la saison prochaine. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le patron sportif francilien se projette sur une saison qu’il espère riche en titres.

La page de la saison dernière est-elle tournée ?

Les compteurs sont remis à zéro, oui. L’important, c’est de basculer dès aujourd’hui vers une saison que l’on pressent, comme toujours, longue, éprouvante et disputée. Chaque année, le niveau du Top 14 monte un peu plus.

Dans quel état avez-vous retrouvé vos joueurs, à la reprise des entraînements en juillet ?

Les joueurs ont coupé quasiment six semaines. Il y a très longtemps qu’ils n’avaient pu bénéficier de telles vacances et d’évidence, ce break leur a été bénéfique : je les ai tous trouvés très frais, disponibles, à l’écoute, prêts au combat. Ce n’était pas acquis, tant la saison précédente, lestée de deux coupes d’Europe et d’un championnat à rallonge, avait usé les hommes.

Le recrutement a été plutôt modeste au Racing, le seul Baptiste Pesenti rejoignant le club à l’intersaison. Pourquoi ?

Dominic Bird est parti en Nouvelle-Zélande, Donnacha Ryan a pris sa retraite et nous avions donc besoin d’un renfort de poids à ce poste. Baptiste (Pesenti) représentait ce que nous cherchions en termes d’engagement, d’agressivité, de talent ou d’état d’esprit.

Le recrutement du Racing est-il à présent terminé ?

On verra. On s’est laissé, dans la masse salariale, une légère marge de manœuvre afin de pouvoir nous renforcer si le besoin s’en fait sentir, à un moment ou à un autre de la saison. Pour le moment, le but est de fonctionner avec le groupe en place mais on avisera par la suite. […] Le salary cap baisse tous les ans, nous nous adaptons aux règlements de la Ligue nationale de rugby et comptons donc quatre joueurs de moins dans l’effectif, par rapport à la saison dernière.

Avez-vous manqué d’agressivité la saison passée ? C’est le reproche qui revient fréquemment, concernant votre équipe…

Je ne sais pas… Après le quart de finale face au Stade français, nous étions vus comme des lions et une semaine plus tard, après notre défaite en demi-finale (face à La Rochelle, N.D.L.R.), nous étions considérés comme trop tendres, trop fragiles… Sur l’ensemble de la saison, il ne faut pourtant pas oublier que nous avons gagné dix-sept matchs. La Rochelle en a gagné un de plus, Toulouse deux. Le différentiel n’est pas énorme. Mais c’est cette dernière marche qu’il nous faut désormais franchir.

Didier Casadéï remplacera Patricio Noriega dans le staff technique. Quel sera son rôle, au juste ?

Didier sera chargé de la mêlée, de la touche et de la technique au niveau des rucks. Pour nous, c’était le moment de débuter un travail différent, de mettre en place des choses nouvelles à l’entraînement. […] J’échange beaucoup avec Didier Casadéï depuis plusieurs saisons, c’est quelqu’un en qui j’ai confiance et qui regardait déjà tous nos matchs avec attention, avant de nous rejoindre.

Allez-vous réduire la voilure en termes de jeu ?

Pas du tout. On va continuer dans la même lignée : s’appuyer majoritairement sur des jeunes issus de la formation française et développer le jeu le plus dynamique possible. Quoi qu’il en soit, on a tous hâte de retrouver La Paris-La Défense-Arena et, surtout, notre public.

Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?