Aurillac cherche puissance et rigueur

  • L'arrière cantalien, Pierre Le Huby, a réalisé une excellente prestation à Béziers
    L'arrière cantalien, Pierre Le Huby, a réalisé une excellente prestation à Béziers Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si Aurillac a ramené un point de son déplacement à Béziers, il devra monter le curseur face à Bayonne.

Le Stade Aurillacois met les pieds dans le plat d’entrée en cette nouvelle saison de rugby. Après le déplacement à Béziers, c’est donc l’Aviron Bayonnais qui se présente ce vendredi à Jean-Alric (en attendant Colomiers et Grenoble). Un nouveau défi pour les hommes de Roméo Gontineac, et pas des moindres.

Favori auprès de ses pairs pour remonter en Top 14, le club basque fait figure d’épouvantail. À Béziers, les Cantaliens ont montré pas mal de bonnes choses avec des intentions, de la rivalité dans le combat et surtout une grosse défense. Il faudra cependant être plus rigoureux sur la conquête pour tenir les Basques à distance. L’approximation ne pourra être de mise sous prétexte d’une punition immédiate de la part de l’ancien pensionnaire du Top 14 qui, on le rappelle, n’a fait qu’une bouchée d’Agen en ouverture.

Des Aurillacois qui devront être impeccables et surtout rigoureux dans leurs annonces, leurs gestes et leur jeu. Les coéquipiers de Pierre Roussel ont travaillé dur cette semaine sur mêlée, sur touche, mais aussi sur les phases de maul. Si Aurillac veut être dans le match, il faudra pouvoir présenter, au moins, tout cela sur le carton d’invitation.

Répondre aux défis

Et si l’on en croit le retour des matchs amicaux ou la première journée, le Stade aurillacois a les moyens de contrarier les ténors du Pro D2. L’an dernier, il aura fallu attendre les deux tiers du championnat pour voir ce dont étaient capables les Rouge et Bleu. Ce serait pas mal cette fois de le faire d’entrée.

Dans ce cas de figure, les Aurillacois devront défier la puissance et la vitesse des Basques, défier la force collective "d’un groupe de Top 14, estime même Roméo Gontineac. À nous de les priver de ballons, de ne pas les laisser se lancer, à très vite réduire les espaces…" Du pain sur la planche en cette fin de période estivale.

Un point aura rassuré tout le monde la semaine dernière, le buteur. Auteur d’un sans faute, Pierre Le Huby a parfaitement rempli ce rôle, effaçant la perte à l’intersaison de Thomas Salles (RCT) et Thomas Vincent (Agen). Les Aurillacois devront jouer sans complexe pour mettre en échec l’Aviron. L’animation et la conquête auront forcément un rôle important à jouer. Jouer, ce sera d’ailleurs le maître-mot de la soirée. Le Stade aurillacois peut le faire et sait le faire.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?