La Rochelle doit exorciser son passé

  • Uini Atonio, Kevin Gourdon, Brice Dulin, Romain Sazy et les Rochelais veulent prendre leur revanche contre leur "bête noire" toulousaine, après deux finales perdues la saison dernière. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Uini Atonio, Kevin Gourdon, Brice Dulin, Romain Sazy et les Rochelais veulent prendre leur revanche contre leur "bête noire" toulousaine, après deux finales perdues la saison dernière. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany MIDOL - Patrick Derewiany
Publié le

Battu à chaque duel par son rival toulousain la saison passée, le Stade rochelais compte sur ses retrouvailles pour, au-delà de bien débuter, chasser ses vieux démons.

Ne dit-on pas qu’après une chute de cheval, le meilleur remède consiste à remonter en selle, sur la même monture, dans la foulée ? Deux mois après avoir clôturé son historique saison 2020-2021 par un amer revers en finale du Top 14 face à Toulouse (18-8), le club à la caravelle ouvre ce nouveau cru, sans le moindre galop d’essai estival, face au même étalon. « C’est bien joué par Canal + d’avoir programmé cette affiche comme le choc de cette première journée, en sourit Ronan O’Gara. C’est énorme pour nous d’avoir cette opportunité, devant un stade plein et des supporters qui ont tant donné à cette équipe ces derniers mois. » Comprenez l’opportunité de laver l’affront. Ou plutôt les affronts, si réguliers contre les Hauts-Garonnais (lire ci-dessous). Rien que la saison écoulée, La Rochelle a essuyé cinq défaites en autant de confrontations avec son principal bourreau. Dont deux, en finales de Coupe d’Europe puis de championnat. « Mais la saison dernière est terminée ! », pointe le manager maritime, comme pour mieux tenter de repartir du bon pied. « On remet les compteurs à zéro, abonde son polyvalent trois-quarts Jérémy Sinzelle. Il faut essayer de bien lancer la saison, de marquer les esprits d’entrée et d’effacer le passif contre Toulouse. Depuis que je suis là, je ne sais même pas si on les a battus. Si, peut-être une fois à Deflandre… (Deux fois, en réalité, N.D.L.R). Cette culture de la gagne, il faut qu’elle revienne face aux Toulousains. Je ne pense pas qu’il y ait un gros gap mais, ce qui fait vraiment leur force, c’est cette union entre eux. Ils se sont déplacés à cinquante à chaque fois, Covid ou pas Covid. Nous, on n’est pas sortis du cadre, il n’y a pas vraiment eu l’apport des joueurs blessés. On n’a pas assez vécu cette fin de saison comme des grands. À la sortie, qui a raison ? Je ne dis pas qu’on aurait gagné mais on l’aurait vécu différemment. Il fallait que tout le monde soit concerné, tu ne pouvais pas laisser deux-trois mecs sur le côté. » Nulle envie de ruer dans les brancards mais plutôt de creuser des pistes d’amélioration pour l’avenir. Car La Rochelle compte bien revivre pareille épopée. Avec un titre au bout, la prochaine fois.

Une motivation renforcée

« Il faut être conscient du beau parcours que l’on a fait mais ne pas s’en satisfaire, appuyait d’ailleurs l’arrière Brice Dulin en début de semaine, en marge de la causerie de rentrée du Top 14, dans des propos rapportés par l’AFP. Cela fait grandir si l’on ne commet pas de nouveau les mêmes erreurs. On verra très vite si l’on a tiré les enseignements de ce que l’on a vécu. » D’autant que La Rochelle enchaînera ensuite deux déplacements périlleux, au Racing et à Clermont. Trois tests d’entrée, donc, pour se jauger. Et mesurer la force de caractère d’un groupe forcément marqué par le fait d’échouer, deux fois de suite en l’espace d’un mois, sur la dernière marche. « La motivation, on se demandait si on allait la retrouver. On l’a retrouvée et peut-être même un peu plus que la saison dernière », jure pour autant Grégory Alldritt. Pour le troisième ligne international, la digestion est bel et bien terminée : « On a crevé l’abcès, ça nous a fait énormément de bien. L’ambiance est bonne, tout le monde est concerné. On est prêts à repartir ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?