Toulon privé de Serin, pas de solutions

  • En l’absence de Baptiste Serin, indisponible jusqu’à la fin de l’année, Julien Blanc pourrait bien prendre les rênes du jeu toulonnais. Photo Icon Sport
    En l’absence de Baptiste Serin, indisponible jusqu’à la fin de l’année, Julien Blanc pourrait bien prendre les rênes du jeu toulonnais. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Opéré de l’épaule droite, Baptiste Serin ne devrait pas reprendre la compétition avant la fin de l’année. Mais comment le RCT va-t-il faire sans son capitaine et stratège ? Trois options s’offrent au staff varois : Julien Blanc, Jules Danglot et Sonatane Takulua.

Un seul être vous manque, et… vous connaissez la suite ? Il est en tout cas évident que l’annonce de l’opération de l’épaule droite de Baptiste Serin intervenue à la fin du mois de juin est apparue comme une très mauvaise nouvelle à l’aube de la saison 2021-2022. Devenu indiscutable depuis son arrivée en 2019, le stratège de Parentis s’est imposé comme le maître à penser du Rugby club toulonnais. Et au regard de son exercice 2020-2021, et de son association avec Louis Carbonel qui a bien souvent fait des miracles la saison passée, la blessure de l’international tricolore s’annonce d’autant plus préjudiciable pour le collectif varois.

Alors, comment le RCT va-t-il composer sans son capitaine jusqu’à ce que ce dernier retrouve la compétition en décembre-janvier ? Trois options s’offrent au RCT pour panser l’absence de "Bapi" : Sonatane Takulua, Julien Blanc et Jules Danglot. "La rotation que nous allons mettre en place dépendra de nos adversaires, de l’état de forme des mecs et de la façon dont nous souhaitons démarrer et finir chaque match, nous confiait Julien Dupuy, en charge du "jeu d’attaque" toulonnais. En ce qui concerne les profils, nous avons travaillé de telle sorte à avoir un éventail complet au poste de demi de mêlée, comprenez des mecs complémentaires."

"Si à 19/20 ans tu ne matchs pas, c’est qu’il y a un souci"

Et si le capitaine des Tonga, revenu des tests d’été au cours du mois d’août et ayant eu des vacances différées, devrait avoir a minima une quinzaine de jours pour se remettre à niveau physiquement, ce sont bien les deux recrues toulonnaises qui devraient se partager le poste au tout début de saison. "Malgré des gabarits assez similaires, Jules et Julien sont deux joueurs avec un profil assez différent. Julien est feu follet, il aime jouer, porter le ballon et chercher les espaces, quand Jules est un peu plus organisateur, bien qu’il soit capable de mettre de la vitesse, et de prendre des initiatives. A-t-il, à 20 ans, la maturité pour évoluer régulièrement en Top 14 ? Il est jeune mais a la tête sur les épaules. C’est quelqu’un qui est en réflexion, et c’est un gros bosseur. Puis j’ai envie de croire qu’à ce poste, si à 19/20 ans tu ne matches pas, c’est qu’il y a un souci. Et Jules a les capacités pour matcher à ce niveau".

Alors, qui de l’ancien Briviste qui, à 28 ans s’est imposé comme l’un des meilleurs numéros 9 du Top 14 et est venu franchir un nouveau cap sur la rade, ou du minot arrivé de Montpellier à l’intersaison aura la confiance du staff ? Il paraît en tout cas évident que le bon début de saison toulonnais dépendra en grande partie de la forme des deux néo-Varois, et ce dès samedi, lors de la réception du MHR.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?