Baget assomme les Cantalous

  • Pro D2 - Rémy Baget - Bayonne
    Pro D2 - Rémy Baget - Bayonne Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’Aviron Bayonnais s’est imposé à Jean-Alric mais a souffert face à des Cantaliens qui auraient mérité mieux.

Aurillacois et Bayonnais auront offert un beau spectacle à un public qui retrouvait enfin le Stade aurillacois en compétition. Ce n’était pas un cadeau que de recevoir les Basques qui font figure d’épouvantail cette saison et qui sortaient d’un match très probant face à Agen. Mais les Cantaliens ont vaillamment vendu leur peau, notamment sur un premier acte emballant et ne cédant qu’à l’heure de jeu, sur un fait de jeu justement. Si c’est bien Germain qui ouvre le score pour l’Aviron (0-3, 3e), ce sont les locaux qui vont s’illustrer par la suite. Delarue et Palmier donnent le ton de l’animation, la conquête va faire le reste.

Une première escarmouche à la 6e. Sur touche, le maul se forme autour de Roussel. Les Aurillacois avancent mais commettent un en-avant avant d’aplatir. La seconde sera la bonne. Toujours impeccable en touche, Aurillac file au large, Vaccaro perce et crée un point de fixation. On balaye, on étire et c’est finalement Valentin, en bout de ligne, qui marque le premier essai, transformé par Le Huby (7-3, 8e). Aurillac dans le ton, qui fait face la tête haute. Un vrai combat d’hommes qui semble surprendre des Basques pourtant prévenus. La première mêlée (19e) en est la preuve avec le huit local qui emporte son vis-à-vis. Un Aurillac pragmatique également sur une deuxième mêlée toute aussi efficace que la première pour une pénalité de Le Huby (10-3).

Un coup de Baget magique

L’Aviron sait alors qu’il faut sortir le bleu de chauffe. On rectifie les intentions, notamment dans le défi. Bayonne campe dans les 22 mètres les dix dernières minutes. Aurillac plie mais ne rompt pas, même quand Tsutskiridze voit jaune (39e). On reste sur 10-3 à la pause. Au retour des vestiaires, et d’une bonne soufflette dans celui des Basques, Aurillac continue de tenir tête. Malgré l’infériorité, ils vont même rajouter trois points par Le Huby (13-3, 48e). Mais l’Aviron a semble-t-il entendu le message du staff. Le niveau monte, à la hauteur de l’engagement et le banc va faire le reste. Germain ramène d’abord les siens à portée de tir avant que Baget, rentrée à la 52e, n’assomme les locaux en moins de dix minutes. Sur touche, Bayonne arriver enfin à créer un surnombre sur l’extérieur. En bout de ligne, Baget met les cannes, joue au pied, récupère et s’envoie à dame tout seul (13-11, 57e).

Aurillac ne veut toujours pas lâcher prise et répond dans le jeu. Un décalage se fait. Trois contre un à jouer pour conclure… mais Baget sent le coup, intercepte la passe de Vaccaro et s’en va crucifier les Cantaliens sur un gros temps fort (13-18, 65e). Un vrai coup de massue qu’Aurillac a du mal à digérer. Germain passera une nouvelle pénalité (71e), avant de transformer un essai en force de Van Jaarsveld (13-28, 75e). Bien que la messe soit dite, le Stade aurillacois met sa frustration de côté pour conclure le match. Un essai de Tsutskiridze (20-28, 80e+4), comme pour dire, « ne nous enterrez pas trop vite ».

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?