Pour Pau, bon personnel au sol

  • Du bon personnel au sol
    Du bon personnel au sol Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Béarnais ont empoché un bonus mérité, au moins pour leur efficacité défensive et leur lutte au sol. Mais ils ont eu trop peu d’occasions pour espérer plus. 

Quel est le paramètre décisif d’une partie de rugby ? Sans doute la balance des pénalités. Samedi, Pau en a concédé 17, Castres « seulement » dix. Avec une parité dans les sanctions, la possession aurait été forcément plus équitable et les Palois auraient profité davantage de leur prestation flatteuse. On les a même sentis partis pour un joli hold up des familles. 
Évidemment, le déficit de pénalités ne correspond pas qu’à une question de discipline, la mêlée de la Section a aussi un peu souffert en fin de match.

Mais les Béarnais ont ramené un point de bonus particulièrement mérité. Ils ont impressionné par leur capacité à résister aux assauts castrais près de leur ligne. Ils ont aussi réussi à gratter plusieurs ballons au cœur des points de fixation, ils ont même su contrer des mauls adverses très menaçants.

Thibaut Daubagna résumait : « Nous sommes très fiers de notre état d’esprit. On a vu qu’on pouvait s’opposer, qu’on pouvait résister et bien défendre. J’ai en tête deux actions où on s’est retrouvé devant notre ligne. On aurait pu encaisser deux essais sur ces coups-là et on a finalement réussi à sortir de notre camp. »

Le demi de mêlée de la Section Paloise fut aussi un observateur privilégié du gros travail de ses avants au cœur des regroupements, ces fameux grattages au ras du sol, aussi méritoires que des passes croisées d’école. « Je les ai trouvés performants sur le jeu au sol, très agressifs. Les Castrais ne s’y attendaient pas. »

La question du soutien offensif 

Ce bonus de bonne facture ne lui avait pas fait perdre sa lucidité : « Je ressens aussi de la frustration, car la rencontre aurait pu très bien basculer en notre faveur. 17 pénalités, c’est beaucoup trop. Évidemment, mais, il y a eu aussi pas mal d’imprécisions techniques sur nos lancements de jeu. »

Il ouvrait ainsi le chapitre crucial des soutiens offensifs. Autre point difficile à percevoir pour le grand public.  Pau n’a pas eu des tonnes de possession, et encore moins d’occasions d’essai. « Je pense qu’on doit encore trouver des repères entre nous. Castres a bien défendu évidemment, mais nous avons été trop brouillons. Il faut être plus précis pour enchaîner plus vite le jeu. On a su scorer, avec des pénalités et un drop mais je n’oublie pas que nous n’avons pas trouvé les clés pour marquer un essai. Et même si nous étions proches, c’est Castres qui a toujours fait la course devant, même si on sentait qu’on pouvait faire tout basculer.»

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?