Clarkin : « Ce groupe est très ambitieux »

  • Matthew Clarkin a forcément apprécié la prestation de siens face à l'UBB.
    Matthew Clarkin a forcément apprécié la prestation de siens face à l'UBB. Icon Sport
Publié le

Matthew Clarkin, le directeur sportif biarrot, avait forcément le sourire après la victoire de son équipe face à l’UBB. Il explique pourquoi...

C’est une superbe entrée en matière pour votre équipe…

Oui tout à fait, donc nous sommes forcément très satisfaits de ce démarrage rapide. Nous voulions montrer très vite que nous pouvions être compétitifs. J’espère que c’est chose faite. Maintenant, passons à la suite.

Christophe Urios disait que ce n’était pas un non-match, mais une super rencontre du Biarritz olympique. C’est votre sentiment aussi ?

Chacun a son interprétation. Je suis d’accord avec Christophe. J’ai vu de l’intensité, de l’envie, de l’agressivité. C’était donc tout sauf un non-match. Je me suis régalé devant la rencontre.

En jouant comme ça, le BO pourra-t-il exister dans ce championnat ?

Je l’espère. Nous avons fait un premier petit pas aujourd’hui et c’est un bon début.

Ça veut dire que vous n’allez pas seulement jouer le maintien cette saison ?

Écoutez, pour l’instant, nous n’avons pas trop annoncé publiquement d’objectifs, car c’est très compliqué. Ce groupe est très ambitieux, donc je ne veux pas qu’il parte avec une ambition qui ne serait que le maintien. Je ne veux pas qu’il se mette dans cet état d’esprit là. Nous allons avancer chaque semaine et on se fixera des objectifs en fonction des résultats et du nombre de points gagnés.

Sentez-vous que vous êtes portés par la dynamique de la fin de saison dernière ?

Oui. J’ai vu beaucoup d’attitudes et de comportements, chez nous, qui ressemblent à ce que j’ai vu en fin de saison et qui nous ont amenés en Top 14. C’est peut-être la plus grosse satisfaction de cet après-midi.

Même lorsqu’elle fut réduite à quatorze, votre équipe n’a pas craqué…

Au fil de la saison dernière, c’est le genre d’état d’esprit qu’on a trouvé. C’est pour ça que ça m’a beaucoup plu. Déjà, ça m’a donné un peu de tranquillité, mais ça confirme aussi l’état d’esprit qui règne au sein de ce collectif, même avec pas mal d’éléments ajoutés de l’extérieur.

Vous avez étouffé l’UBB dès le début. C’était votre plan ?

Nous voulions bien démarrer et, surtout ne pas les laisser jouer. Nous avons vu ce que ça donne lorsqu’on laisse jouer une équipe de cette qualité-là. On a donc essayé de les empêcher d’avancer offensivement et de les mettre sous pression. Encore une fois, pour un premier match, il y a du positif.

Défensivement, vous avez été très appliqués…

Oui, il y a eu quelques moments où c’était un peu limite, mais pour le reste, j’ai trouvé que nous étions bien patients collectivement et efficaces.

Vous avez coaché tard certains joueurs. Ça veut dire que vous étiez prêts, physiquement…

Oui, j’en profite pour faire un clin d’œil au secteur de la préparation physique. Nous avons beaucoup bossé pendant une intersaison qui était très, très courte. Ça m’inquiétait un peu, mais les joueurs ont bien travaillé. Nous avons fait des changements dans ce domaine et les joueurs y ont parfaitement adhéré. Je suis content d’avoir eu la confirmation qu’on travaille dans le bon sens.

Est-ce un regret de ne pas avoir pris le bonus offensif ?

Question piège (il sourit). Nous sommes satisfaits du résultat du match de ce soir. Si à la fin de la saison, il nous manque un point quelque part, ma réponse sera peut-être différente.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?