Alo-Emile, radioscopie d’un très grand droitier

  • Alo-Emile, radioscopie d’un très grand droitier
    Alo-Emile, radioscopie d’un très grand droitier Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le capitaine parisien fait régner la terreur au sein du Top 14. Yannick Bru et Didier Bès, deux spécialistes du jeu d’avant, expliquent pourquoi.

On s’accorde tous à dire que samedi dernier, Paul Alo-Emile (29 ans) a démembré la mêlée du Racing à lui-seul ou presque et, si les soldats roses n’avaient pu compter sur son talent dans l’épreuve de force, la fessée n’en aurait été que plus sévère. Lui ? Arrivé en 2015 en provenance des Waratahs et à une époque où les Wallabies lui faisaient les yeux doux, il s’est depuis imposé comme l’une des références au poste en Top 14. Yannick Bru, ancien entraîneur des avants du XV de France et aujourd’hui manager de l’Aviron bayonnais, décrypte : «En mêlée, c’est le meilleur droitier du championnat. Il n’y a pas de doute là-dessus. Je n’ai d’ailleurs jamais entendu un de ses adversaires directs dire : « Alo-Emile, il triche… Il pousse en travers, il écroule…» Personne ne l’a jamais remis en cause parce qu’il impose le respect à la régulière, voilà tout". Intronisé capitaine l’an passé par Gonzalo Quesada, le solide Alo-Emile (1,84m et 136 kg) est depuis 2017 devenu international samoan. Didier Bès, ancien coach des avants clermontois, enchaîne ainsi : « Il déclenche très vite en mêlée fermée et si tu l’attaques mal, tu es mort. Il est très difficile pour un pilier gauche de lui passer dessous et dans ces cas-là, Alo-Emile fait pression avec ses pectoraux et sa masse pour que tu sois voué à tomber au sol. C’est le plus fort ». Une fois, deux fois, sept fois, les piliers du Racing 92 ont donc mordu la poussière samedi soir.

Bru : « Il me fait penser à Tupou »

Malgré la force brute de sa doublure Nemo Roelofse, Alo-Emile reste évidemment incontournable en club. « Il est le prototype du droitier contemporain, enchaîne Bès. Il est trapu et volumineux. […] Un Carl Hayman (1,93m et 125 kg), il n’y en a eu qu’un dans l’histoire du rugby. Regardez les All Blacks : avec Nepo Laulala, ils sont revenus à ce poste à des gabarits similaires à celui d’Alo-Emile ». Concernant l’ancien pilier des Waratahs, Bru conclut ainsi : « Je m’étonne qu’un tel joueur, actif dans le jeu courant en plus d’être si puissant en mêlée, n’ait jamais été rattrapé par les Wallabies (Alo-Emile fut international avec les moins de 20 ans australiens, N.D.L.R.). Le joueur me fait penser à Taniela Tupou (la nouvelle vedette du pack australien, N.D.L.R.). Et l’homme dégage une sagesse, une droiture, une autorité naturelle. S’imposer comme il l’a fait dans le championnat de France et le vestiaire parisien force le respect ».

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?