Aux trois-quarts montalbanais de briller face à Narbonne

  • Jérôme Bosviel sera une nouvelle fois le leader d'attaque des Montalbanais face à Narbonne.
    Jérôme Bosviel sera une nouvelle fois le leader d'attaque des Montalbanais face à Narbonne. - Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’USM a pu compter sur ses avants pour aller chercher ses deux premiers succès. Face à Narbonne, les arrières auront aussi leur carte à jouer.

Sapiac, ça pique, c’est certain. Montauban a accroché deux succès lors des deux premières journées de championnat, et ce, en évoluant dans un système bien défini : du jeu de «gros». Fabuleux en conquête, et dominants physiquement, les Vert et Noir s’appuyaient sur leurs avants pour créer un véritable ADN de jeu, si cher au club.

«En Pro D2, tout part de devant, rappelait l’entraîneur des arrières, David Byrnes. Si tu as une très bonne conquête, c’est plus facile. Et c’est ce dont nous avons bénéficié sur les premiers matchs.» 

Mais ce week-end, ça pourrait être au tour des trois-quarts de briller. Face à Narbonne, dernière équipe au classement et pire défense de Pro D2 (94 points encaissés en deux matchs), les protégés de Byrnes auront certainement l’occasion de montrer l’étendue de leur talent : « Je ne sais pas si Narbonne a vraiment une faiblesse en défense chez les trois-quarts mais derrière, nous voulons élever notre niveau de jeu et nous mettre au niveau des avants. Nous voulons montrer ce dont on est capables.» 

Toujours est-il que les Narbonnais ont encaissé onze essais depuis le début de la saison, et la plupart sur des contres et du jeu rapide des trois-quarts adverses. Pour amener cette vitesse dans le jeu montalbanais, la nouvelle recrue Niko Matawalu sera alignée pour la première fois au poste de demi de mêlée. Un choix qui permet de faire souffler Quentin Delord, lequel avait disputé l’entièreté des deux premières rencontres. «Je suis content de ses derniers matchs, surtout de son jeu au pied», se réjouissait d’ailleurs Bryrnes.

Les « gros » toujours là

Le jeu au pied, arme assumée par les Montalbanais, intéressants dans l’occupation en ce début de saison. « C’est une force, on peut mettre les autres équipes sous pression avec ça », constatait le responsable des arrières. Mais, tout en comptant sur leurs trois-quarts, David Gérard et son staff ne renieront pas leur ADN ce vendredi et continueront de s’appuyer principalement sur les avants. Le pack, très lourd et puissant, pourrait poser des soucis aux Audois, sur les ballons portés notamment. Mais attention, gare à la possible réaction de Narbonnais piqués dans leur orgueil. « Malgré les résultats du RCN, on voit qu’ils n’ont pas affiché leur vrai visage en début de saison, prévenait Byrnes. Leur réaction va arriver et qu’ils vont se rebeller. » 

Cette méfiance traduit aussi une envie du staff : ne pas laisser le groupe se reposer sur ses lauriers. Certes, les Vert et Noir sont invaincus, mais bien des choses restent à travailler. « On est capable de beaucoup mieux et beaucoup plus. Il y a encore de progrès à faire, martèle Byrnes. La Pro D2, c’est un championnat très long.» 

Actuellement dans le bon wagon, les Montalbanais pourraient, en cas de succès sur la pelouse de Narbonne, affirmer leur statut de prétendant pour les phases finales cette saison. Déjà vainqueur à Bourg-en-Bresse, Montauban peut-il devenir le cauchemar des promus ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?