ASM Clermont : Pélissié, retour de flamme

  • Adrien Pélissié espère que son équipe parviendra à gommer contre Castres les imprécisions qui ont pollué leur jeu à Lyon Photo Vincent Duvivier Adrien Pélissié espère que son équipe parviendra à gommer contre Castres les imprécisions qui ont pollué leur jeu à Lyon Photo Vincent Duvivier
    Adrien Pélissié espère que son équipe parviendra à gommer contre Castres les imprécisions qui ont pollué leur jeu à Lyon Photo Vincent Duvivier
Publié le , mis à jour

Privé de la fin de saison dernière par une hernie cervicale, le talonneur a réussi un retour remarqué à Lyon, tout sauf étranger à la bonne tenue du pack auvergnat.

Comment expliquer l’incapacité des Clermontois à accéder la saison dernière au stade des demi-finales dans toutes leurs compétitions, qu’il s’agisse du Top 14 ou de(s) Coupe(s) d’Europe. Oh, une multitude de raisons peuvent être évoquées, entre la difficulté pour le groupe de digérer le départ de Franck Azéma, son manque notoire de régularité sur 80 minutes où ses difficultés criantes dans la défense des extérieurs. Mais s’il fallait ne retenir qu’un seul argument, on pointerait volontiers du doigt celui d’une conquête insuffisante pour rivaliser avec les gros bras du championnat comme le Racing, Toulouse ou l’UBB (les trois équipes, hasard ou pas, qui les ont éliminées), sans parler de La Rochelle. Un constat que Jono Gibbes, en tant que Supremo des Maritimes, n’a pu que constater, bien conscient de l’érosion de la conquête auvergnate depuis son dernier titre national, qui coïncide avec son départ en 2017. Autant dire que malgré un recrutement réduit (seul le Puma Lavanini a été embauché par l’ASM, qui ne rejoindra pas ses nouvelles couleurs avant décembre), c’est bien à modifier le rendement et le comportement de son pack que s’attelle Jono Gibbes depuis son retour, dont on a déjà pu mesurer les effets à Lyon.

«Jono Gibbes n’a pas tout changé»

À ce titre, le retour d’Adrien Pélissié ne peut qu’être salué à sa juste mesure, après une fin de saison qui a vu le pauvre Etienne Fourcade se démultiplier. Revenu sans encombres de son opération d’une hernie cervicale, l’homme de Caussade n’a pas été étranger à la bonne tenue du pack auvergnat à Gerland en conquête directe. «Ça ne s’est pas trop mal passé, mais on peut toujours faire mieux et dans ce sport, on ne doit pas avoir de certitudes et encore moins s’endormir, tempérait ce dernier en bon talonneur. À l’intersaison, il y a eu des changements dans le staff qui étaient peut-être nécessaires pour certains joueurs qui ressentaient une certaine lassitude, mais on n’a pas tout changé non plus. Jono Gibbes est assez participatif dans son management, même si c’est lui qui tranche, il a beaucoup échangé avec les joueurs sur ce qu’il fallait garder ou modifier.»

Une remise à plat qui commence à porter ses fruits mais qu’il s’agira de mieux concrétise face à Castres, où l’ASM devra franchir un cap en matière de précision par rapport à sa sortie lyonnaise. «Sur ce dernier match, on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, jure Pélissié. On a commis trop de petites erreurs qui nous ont coûté des points trop facilement. On a aussi eu les occasions pour marquer, mais il y a toujours eu un petit truc qui a coincé. À haut niveau, on peut mettre toute l’envie que l’on veut, ça ne suffit pas si on ne se montre pas assez précis.»

Aux abords de l’en-but adverse, bien sûr, mais aussi en défense où les avants clermontois n’ont cette fois-ci pas grand-chose à se reprocher. Hors de question pourtant, à en écouter Pélissié, de rejeter la faute sur les copains de derrière, qui ont fait basculer tant de matchs ces dernières saisons. «Je ne vais pas leur dire comment il faut défendre, d’abord parce que je leur raconterais probablement des c...ies et surtout parce que je n’aimerais pas qu’ils viennent m’expliquer comment lancer ou pousser en mêlée, s’amuse Pélissié. Chacun doit juste se concentrer sur lui-même et bien faire son travail. C’est ça, une équipe. Aux Auvergnats de réagir en tant que tels samedi, face à un CO qui constitue probablement le meilleur des étalons du Top 14 en matière d’abnégation collective.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?