Les Aixois renversent l’histoire

  • Les Aixois renversent l’histoire
    Les Aixois renversent l’histoire Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Menés jusqu’à 21 à 3, les Provençaux ont signé une deuxième période admirable en s’adjugeant un retentissant succès.

Si, d’ordinaire, les voyages en terre biterroise furent fréquemment sanctionnés de défaites depuis la remontée du club provençal en Pro D2, il était aussi écrit qu’il fallait passer par un scénario digne des plus grands suspens pour entrer dans la postérité. Bousculées sur bien des secteurs sans toutefois vaciller, les troupes de Mauricio Reggiardo ont su puiser dans leurs réserves pour atteindre un résultat inespéré. Charles Malet, auteur d’une entrée fracassante, abondait vers ces comportements idéaux pour réussir une telle entreprise : « C’était certainement une issue surprenante pour beaucoup de monde. Mais nous avions un objectif en tête. Nous étions un peu éparpillés par moments mais en gardant toujours notre conduite dans le jeu. Et quand on y croit, ça permet de réaliser ce genre de prestation. » Avec des visiteurs qui furent certes malmenés, notamment sur le secteur de la discipline mais qui, à chaque possession, marquaient au fer-blanc les Héraultais à coups de percussions et de charges bien senties. Un travail de sape aboutissant sur des séquences de jeu à même de perturber l’avancée pourtant fournie des Héraultais. Le troisième ligne rajoute : « En insistant sur les duels, on désirait impacter l’adversaire et faciliter ainsi l’apport du banc de touche. »

L’oscillation fatale des Biterrois

Et par la même occasion, écrire l’histoire du jeune club provençal qui rafle la mise pour la toute première fois à Raoul-Barrière en s’invitant dans la première partie du tableau après avoir aussi tutoyé, un temps, d’autres considérations à Colomiers lors de la journée inaugurale. De quoi être annonciateur d’autres espérances à venir. Quant à Béziers, fringant pendant près d’une heure, c’est un échec sur la sirène qui peut restituer un goût amer. Performants sur les ballons portés, à l’aise dans le petit périmètre, rien ne laissait présager un trou d’air aussi conséquent. Éloi Massot, précieux dans l’alignement, explique : « Nous avons livré une belle bataille mais le Pro D2 est une compétition qui n’accorde aucun relâchement. »

Des paroles vulgarisées par l’arrière Charly Malié, pointant quelques failles à résorber : « On s’était dit que cela pouvait être un tremplin si on gagnait. Je peux citer des erreurs stupides sans incriminer qui que ce soit. C’est tout un groupe qui a été vaincu et on devra les corriger au plus vite car nous avons de quoi bien figurer dans ce championnat. » Entre des Aixois ravis de cette aubaine et qui s’offrent une victoire de prestige et des Biterrois qui chercheront à rebondir, nul doute que les prochaines échéances donneront le ton des aspirations respectives.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy Rugiero
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?