Montauban, un drop à quatre points

  • Jerome BOSVIEL (Montauban).
    Jerome BOSVIEL (Montauban). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dans un match où les Narbonnais ont pu y croire, c’est finalement des Montalbanais indisciplinés qui l’ont emporté.

Cela ne s’est pas joué à grand-chose sur la pelouse du Parc des Sports et de l’Amitié. Vendredi soir, les Narbonnais étaient à deux doigts de décrocher leur première victoire en Pro D2. Les Montalbanais, eux, se sont fait peur, il faut dire que les hommes de Julien Seron les attendaient de pied ferme. On demandait du caractère à ce RCN et ils n’ont pas déçu ! Face à Montauban, les Orange et Noir ont montré un tout nouveau visage qui leur a permis d’y croire. Aussi bien dans l’engagement physique que technique, cette équipe a enfin commencé à répondre aux attentes du Pro D2. Alors que les Narbonnais menaient au score pour la première fois de la saison, le drop-goal de Bosviel à la 74e minute de jeu signait le coup de grâce qui faisait une nouvelle fois tomber Narbonne à domicile : "Le match est à la fois très positif et frustrant. On ne peut pas dire qu’on est content parce qu’on a perdu à la maison mais si on montre ce visage j’ai l’optimisme de croire que cela va tourner dans le bon sens. Aujourd’hui on a senti que chaque joueur mettait l’ingrédient là où il fallait mais on n’a pas encore l’esprit tueur", explique Brice Mach, entraîneur des avants narbonnais.

Au mental

Alors que les Montalbanais se retrouvaient réduits à quatorze, puis à treize contre quinze en seconde mi-temps, à la suite des cartons rouges contre Christopher Vaotoa et Maselino Paulino, c’est au mental que les hommes de David Gérard sont allés chercher cette victoire. Dominée et beaucoup trop indisciplinée tout au long de la rencontre, l’USM a tenu le cap et a réussi à s’imposer dans les dernières minutes de cette rencontre. "C’est fou, j’ai du mal à sourire parce que pendant soixante-quinze minutes on n’a pas été là. Non seulement on n’était pas là mais en plus on a donné. Nous n’avons pas été rigoureux, il y a eu un manque de discipline criard. Le pire c’est que beaucoup de ces fautes-là, ne sont même pas des fautes de pression, nous avons été idiots. Ce soir si Narbonne avait gagné cela aurait été normal, ce match on va se le chercher au courage mais on ne va pas se le cacher aujourd’hui on s’est accroché cinq minutes parce qu’on s’est mis dans la "merde" et derrière on a assumé. Sur l’ensemble du match, je ne peux pas être content, ça serait mentir de dire le contraire et je n’ai pas envie de mentir", assure David Gérard, manager de Montauban.

Une victoire donc en demi-teinte pour l’USM qui va devoir faire face à une pénurie de deuxièmes lignes dans les semaines à venir. Effectivement, les Montalbanais sont rentrés à Sapiac avec pas mal de blessés dont le numéro cinq, Malafosse (sorti sur civière à la 66e), ainsi que Sousa. À noter que Paulino risque d’être suspendu plusieurs semaines après son carton rouge. "J’ai vu le président, on va changer mon contrat, je vais me mettre joueur. Je ne servirai pas à grand-chose mais au moins j’aurais un deuxième ligne", ironise le manager.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?