L'enseignement du week-end : Clermont et Paris inquiètent déjà

  • En chutant déjà à domicile conter Castres, les Clermontois d’Alivereti Raka et Judicaël Cancoriet ont réalisé la mauvaise opération du week-end.
    En chutant déjà à domicile conter Castres, les Clermontois d’Alivereti Raka et Judicaël Cancoriet ont réalisé la mauvaise opération du week-end. - Photo Vincent Duvivier
Publié le , mis à jour

Toujours sans victoire, Auvergnats et Parisiens prennent du retard. Plus que l’aspect comptable, c’est la persistance des mêmes maux qui interpellent.

Il est bien tôt pour réellement s’inquiéter, après seulement deux journées de ce Top 14 2021-2022 long de dix mois. La mesure est de mise, aussi, au regard des jurisprudences, nombreuses, de clubs ayant raté leur début de saison avant de finir en trombe pour arracher un billet qualificatif pour les phases finales. On se gardera donc bien d’enterrer si vite Clermont et Paris. Pourtant, leurs premières joutes de septembre inquiètent. Comptablement, déjà. Deux défaites, un seul point pour l’ASM, aucun pour les soldats roses. La Rochelle aussi, nous direz-vous ? Certes, mais les Maritimes ont croisé le fer avec deux autres favoris au titre (Toulouse et le Racing 92) et, s’ils n’ont pas encore gagné, le contenu de leurs rencontres laisse à voir de lendemains qui chantent.

Pour Clermont et Paris, rien de tout ça. Et toujours les mêmes maux : une (grande) difficulté dans le défi physique, frontal, pour les Auvergnats ; une défense beaucoup trop friable pour les joueurs de la capitale, qui ont déjà encaissé 73 points.

Gibbes : "Nous nous sommes posé trop de questions"

C’est ce constat de fond de jeu insuffisant, plutôt que l’aspect comptable, qui lève les inquiétudes de part et d’autre. À Clermont, la chute de Michelin interpelle : «Les gens attendent de revenir au stade et ils veulent retrouver une équipe qui gagne à la maison. Là, le but premier est de retrouver du caractère dans cette équipe» promettait Parra avant le début de la saison. Déjà raté. Castres, dans une fin de match musclée, a renversé l’ASM sur son point faible récurrent. Des insuffisances que les joueurs ne niaient pas, après le coup de sifflet final. «On ne peut pas se satisfaire de ce match. Il y a de la frustration parce qu’on manque de maîtrise» pour l’ouvreur Camille Lopez. «On ne va pas baisser les bras, il reste beaucoup de matches mais il va falloir présenter autre chose dès la semaine prochaine» poursuit le troisième ligne Iturria. Clermont doute toujours. Son nouvel entraîneur Jono Gibbes l’assume. «Il n’y a aucune excuse. Castres avait des certitudes, nous nous sommes posé trop de questions.»

Arias : "On est très inquiets, les joueurs aussi"

Côté parisien, le bilan n’est pas plus glorieux. Surtout, la fin de saison dernière en boulet de canon (6 victoires consécutives) semble ne pas trouver de lendemain. Ce qui inquiète déjà leur entraîneur Julien Arias : «On va rentrer à Paris avec une grosse dose d’humilité. Notre production offensive est très pauvre, on perd le ballon après deux ou trois temps de jeu et face à une belle équipe comme ça, on le paye cash. Nous (le staff), on est très inquiet, les joueurs aussi.» Le programme ne va aider ni l’un, ni l’autre : les Parisiens se rendront à Toulon quand l’ASM recevra La Rochelle. Dur…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?