La Rochelle, tout faux, tout flamme...

  • La Rochelle, tout faux, tout flamme...
    La Rochelle, tout faux, tout flamme... Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré de belles intentions, les vice-champions de France ont cruellement souffert, encore une fois, d’un manque de réalisme.

Au moins, on ne pourra pas reprocher aux Rochelais leur manque de constance. Ni d’un week-end à l’autre, ni sur l’ensemble de cette rencontre face au Racing 92. Samedi, ils ont eu tout faux, du coup d’envoi jusqu’à la conférence de presse, snobée par le staff technique quand les règlements de la LNR impose la présence d’un coach. Peut-être le néo-manager Ronan O’Gara a-t-il craint de ne pas pouvoir se retenir d’allumer Tual Trainini, l’arbitre de la rencontre comme il l’avait fait une semaine plus tôt à l’issue de la défaite de son équipe face au Stade toulousain ? Son sourire aussi nerveux que désabusé, affiché sur l’écran XXL de la Paris La Défense Arena, en disait long sur son ressenti à l’instant où Tual Trainini, l’arbitre de la rencontre, a accordé un essai de pénalité au Racing (71e) et infligé un carton jaune à Rémi Bourdeau. Une décision en guise de coup de grâce pour les Maritimes (20-10).

Des erreurs stupides

Seulement, Ronan O’Gara le sait mieux que personne : ce n’est pas sur cet exploit personnel de Gaël Fickou, ni sur la décision arbitrale, que son équipe s’est inclinée. Sans doute l’Irlandais pointera-t-il ce lundi à la vidéo la litanie d’occasions ratées. En vrac : Rhule (7e et 39e), Martin Alonso Munoz (17e), Grégory Alldritt (22e) ou encore Pierre Boudehent (30e) ont eu l’opportunité de scorer. En vain. « On a fait des petites erreurs stupides », a confessé le capitaine Alldritt. Un exemple ? Plutôt que de se préoccuper d’aplatir le ballon dans l’en-but, l’Espagnol Alonso Munoz n’a rien trouvé de mieux que de perdre son temps à essayer d’accrocher le maillot de Virimi Vakatawa revenu pour défendre (17e). Pierre Boudehent n’a pas maîtrisé un ballon relativement simple à l’instant de pénétrer seul dans l’en-but (30e). Et que dire de l’énergie dépensée par Pierre Bourgarit, pourtant auteur d’une prestation XXL, à pester constamment contre les décisions de l’arbitre.

Quoi d’autres ? À plusieurs reprises, trop sûrs de leurs forces ou en panne de confiance pour leur buteur, les Rochelais ont préféré choisir une mêlée après avoir obtenu une pénalité, plutôt que de prendre les points au pied. Il faut dire qu’Ihaia West, déjà défaillant face aux perches en fin de saison dernière, a de nouveau failli, manquant deux pénalités - largement dans ses cordes - qui auraient pu relancer son équipe. Bref, dominer (largement) n’est pas gagner. Et Grégory Alldritt de souffler, le regard dans le vide : « On va avoir droit à une séance vidéo lundi où on va avoir mal à la tête. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?