La Rochelle, quel dix de der avant Hastoy ?

  • La Rochelle, quel dix de der avant Hastoy ?
    La Rochelle, quel dix de der avant Hastoy ? Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les maritimes restent confrontés à la (trop) récurrente faillite de leurs buteurs. En attendant l’arrivée d’Hastoy, la carte à abattre pourrait vite se nommer Popelin.

C’est peu dire que l’annonce officieuse, mardi soir, du recrutement d’Antoine Hastoy (lire page X) a suscité un élan d’enthousiasme dans les rangs des supporters maritimes. Qui plus est avant le périlleux déplacement au Michelin, où La Rochelle n’a jamais gagné dans son histoire, et dans la foulée de deux défaites inaugurales. Certes, l’ouvreur palois n’arrivera qu’à la prochaine intersaison. Mais, bien au-delà de ces considérations calendaires et comptables, la signature du néo-international (1 sélection) vient d’ores et déjà signifier l’ouverture prochaine d’un nouveau cycle au poste clé de numéro 10, Ihaia West et Jules Plisson arrivant en fin de contrat. Si rien ne dit que les deux buteurs vogueront tous deux vers d’autres cieux, le débat sur leur fiabilité face aux perches n’en finit plus de faire couler de l’encre. Dans la continuité d’une fin de saison dernière où la maladresse du Maori a joué des tours aux Jaune et Noir, La Rochelle traîne encore ses vieux démons sur ce début de championnat. Après deux journées, le vice-champion de France et d’Europe tourne à 50 % de réussite, aux tirs au but. Loin des 92,3 % du Racing ou des 84,6 % de son prochain adversaire asémiste. Pire, au rayon pénalités, six des dix tentatives maritimes ont fui le cadre. D’où cette tendance, largement observée, à privilégier les pénaltouches. Comme par peur, ou presque, de s’en remettre au pied pour prendre les points. « Si ces échecs pèsent lourd ? Oui… Très lourd ! », souriait jaune Ronan O’Gara, à l’issue de la courte défaite (16-20) contre Toulouse. Lui, le meilleur artilleur de l’histoire du XV du Trèfle et de la coupe d’Europe, le sait sans doute mieux que quiconque. « Que faire ? Continuer à avoir des échecs ou faire quelque chose un peu différent ? », faisait alors mine de s’interroger ROG.

Popelin bientôt n° 1 ?

Si la solution West n’a guère mieux fonctionné sur le synthétique de l’Arena, le staff maritime pourrait très vite explorer le plan Popelin. Brice Dulin désormais de retour, ce n’est pas anodin si l’ancien cadre du RC Vannes, titularisé à l’arrière lors des deux premières sorties, s’est parfois positionné en dix, sur certaines phases de jeu, samedi dernier. D’aucuns, parmi observateurs et supporters, se sont d’ailleurs étonnés de ne pas le voir endosser le costume de buteur, en cours de partie. D’autres objecteront que son pourcentage de réussite au pied - 76,7 % en Pro D2 la saison passée - n’est pas beaucoup plus élevé que celui de ses deux principaux concurrents à l’ouverture. Ce serait un peu vite oublier que Pierre Popelin, quand bien même 10 de formation, n’a pas le même vécu. 162 points au pied pour une première saison comme canonnier, le total est plus qu’honorable. « Je l’ai recruté en tant qu’ouvreur. Il va me pousser à me poser beaucoup de questions sur la composition d’équipe », concédait, à la fin de la préparation estivale, un Ronan O’Gara, depuis, très satisfait du « caractère » de son polyvalent poulain. Popelin propulsé à l’ouverture face à Clermont ? L’idée fait son chemin, pour ces retrouvailles entre La Rochelle et Jono Gibbes, qui connaît West et Plisson sur le bout des doigts. À moins que le staff ne décide, par précaution, de le ménager, de par son incertitude de toute dernière minute à l’Arena.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain Asselin
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?