Le plein d’abnégation des Aurillacois

  • Le plein d’abnégation des Aurillacois
    Le plein d’abnégation des Aurillacois Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Solides de bout en bout, les Aurillacois ont enfin ouvert leur compteur de victoires face à des Grenoblois dominateurs, mais stériles.

Dos au mur, les Cantalous n’avaient d’autre choix que de l’emporter face à Grenoble pour s’éviter un début de saison catastrophique et une suite pour le moins cauchemardesque. Les hommes de Roméo Gontineac ont répondu présents, avec certes du déchet mais l’essentiel n’était pas là. Première leçon à retenir : une mêlée au rendez-vous. Sur le premier défi (2e), le pack aurillacois a fait l’effort sur introduction adverse et pris le dessus. Même son de cloche pour la touche avec Roussel qui venait contrarier le premier lancer isérois (4e). Une conquête au rendez-vous, tout comme la défense qui a fait front et répondu dans le combat.

Un Stade aurillacois chirurgical qui plus est. Sur la première opportunité, pénalité de 55 mètres, Palmier donnait l’avantage aux locaux (3-0, 9e). S’en suivait alors une domination iséroise. Des intentions, des lancements mais toujours un ballon qui s’échappait, qui tombait, un alignement perturbé, une mêlée contrariée... Grenoble avait la possession, mais se cassait les dents sur la défense locale, avec un Yobo des grands soirs.

Du coup, les prétendants au Top 14 se reposaient sur le pied de Bousquet pour rester au contact (3-3, 24e)... avant qu’Aurillac ne fasse parler une nouvelle fois son pragmatisme. Un premier mouvement amorcé après une récupération du ballon à la médiane. Derrière, les trois-quarts enchaînaient avec Yobo au lancement sur Bouyssou qui décalait Valentin sur son aile. Accélération avant de retrouver son demi de mêlée à l’intérieur, un crochet et une dernière passe pour Sagote qui concluait dans l’en-but (10-3, 30e).

L’éclair Boudou

Au retour des vestiaires, le FCG profitait de la fébrilité de l’arrière Ormond pour recoller au score. Une touche dans les 25 mètres aurillacois, Ezcurra pour casser la ligne puis un par-dessus millimétré de Fortunel pour Qadiri qui filait à dame (10-10, 43e). Tout était à refaire pour les locaux qui reprennaient très vite le score avec Palmier, avant que Bousquet n’égalise (13-13, 54e).

La tension était palpable pour les Cantaliens mais vite dissipée derrière son alignement. À peine entré en jeu, Boudou s’extirpait d’un ballon porté, s’engageait petit côté avant de servir Bouyssou qui mettait les cannes avant d’aplatir. Si le pied de Bousquet maintenait Grenoble dans le coup (18-16, 67e), il allait aussi être le théâtre du tournant du match. On jouait la 72e. Aucagne n’avait pas libéré son ballon au sol. Pénalité aux 22 mètres, face aux perches. Bousquet ratait le coche et la possibilité pour les Isérois de prendre pour la première fois l’avantage. Au contraire, c’est Aurillac qui scella le score sur une nouvelle réussite de Palmier, dans les dernières secondes (21-16, 78e).

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?