Cognac, gazon maudit?

  • Nationale : Cognac, gazon maudit?
    Nationale : Cognac, gazon maudit? MAXPPP - Julie Desbois
Publié le

Peu à l’aise sur leurs deux terrains, les Unionistes se creusent la tête pour comprendre ces mauvaises performances à domicile. 

La statistique est étonnante : lors de sa première saison en Nationale, Cognac Saint-Jean-d’Angély avait été vaincu à six reprises sur ses terrains. Massy, Nice, Narbonne, Blagnac, Tarbes et Albi étaient venus s’imposer en terre charentaise. Certes, ces rencontres avaient eu lieu à huis clos pour les raisons que l’on sait. N’empêche. Cela fait mauvais genre. Heureusement que l’UCS s’était imposé loin de ses bases à quatre reprises pour finalement obtenir une septième place dans ce championnat tronqué. Et pour la 1re journée, rebelote ! Suresnes est venu gagner au Parc des Sports de Cognac (27-22).

Un groupe inexpérimenté

Y aurait-il un mauvais sort qui s’acharne sur les terrains charentais ? Le sujet a d’ailleurs été évoqué lors d’un déjeuner cette semaine entre Fabrice Landreau, le manager général, et ses deux coprésidents, Lilian Tessendier et Christophe Lacombe. à quelques heures de recevoir Blagnac, à Saint-Jean-d’Angély cette fois, Tessendier ne tapait pas en touche devant ces statistiques inquiétantes. « Soit nous battons Blagnac, notre bête noire et notre saison est lancée, soit nous perdons encore à la maison et nous devrons entreprendre un travail psychologique indispensable. » 

La psychologue du club, Sylvie Materna, qui reçoit les joueurs individuellement aurait alors été probablement invitée à travailler cette particularité, collectivement cette fois. Heuseuement, les Unionistes ont fait le travail ce dimanche n venant à bout du leader blagnacais. « Nous disposons d’un groupe très jeune et je pense que les joueurs n’ont pas tous mesuré l’importance des matchs à domicile, poursuit Lilian Tessendier. Il faut augmenter le niveau d’exigence de concentration notamment. » 

L’UCS serait bien inspirée de trouver ses repères sur ses deux terrains avant le 10 octobre. Ce dimanche là, les Unionistes recevront leur voisin de Soyaux-Angoulême pour un derby toujours aussi passionné… Pour la suprématie charentaise, l’UCS saura probablement se transcender.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Philippe BREGOWY
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?