L'enseignement du week-end : Toulouse et La Rochelle, destins croisés

  • L'enseignement du week-end : Toulouse et La Rochelle, destins croisés
    L'enseignement du week-end : Toulouse et La Rochelle, destins croisés Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les deux équipes dominatrices du dernier exercice connaissent un début de saison opposé. Qui tourne, encore une fois, à l’avantage des Rouge et Noir.

C’est parfois terrible le destin. Depuis plus d’un an, les Rochelais ont souvent croisé la route des Toulousains. Plusieurs fois, ils ont même fait jeu égal avec eux. Ce fut le cas à Marcel-Deflandre la saison passée et lors de l’ouverture de l’exercice actuel, ou encore lors de la dernière finale de Coupe d’Europe. Mais ces rendez-vous ont toujours tourné à l’avantage des Rouge et Noir. Souvent sur pas grand-chose… Ces deux équipes, qui ont survolé le Top 14 et la Champions Cup version 2020-2021, ont connu une préparation des plus raccourcies. Pas vraiment le choix quand on termine si tard au Stade de France… Alors, Ronan O’Gara et Ugo Mola savaient pertinemment que leurs hommes ne seraient pas forcément prêts pour la reprise et qu’il leur faudrait encore quelques semaines pour l’être. Cela se vérifie, notamment sur tout ce qui touche aux repères collectifs et aux systèmes offensifs. 
Mais la différence est visible au classement aujourd’hui : le Stade toulousain caracole en tête, quand le Stade rochelais pointe à une triste treizième place. Surtout, onze points séparent déjà les deux formations après seulement trois journées. Là aussi, sur pas grand-chose peut-être… Imaginez que les Maritimes ont vu leurs bourreaux les doubler au tableau d’affichage dans le dernier quart d’heure voilà deux semaines. Puis, au Racing, ils ont tenu le ballon dans le camp adverse durant une éternité et se sont même crées plusieurs occasions d’essais pour finalement s’incliner. Enfin, à Clermont, ils ont échoué à une petite longueur des Auvergnats. Ils ont toujours été en passe de l’emporter mais comptent trois défaites.

Toulouse, réalisme et confiance

Au contraire, les champions de France et d’Europe ont su parfois se nourrir de miettes pour faire le plein. Si le score fut sûrement flatteur contre Toulon lors de la 2e journée à Ernest-Wallon, quand les coéquipiers de Julien Marchand ont inscrit six essais malgré une prestation pas aboutie selon les dires des acteurs eux-mêmes, ils ont fait preuve d’un réalisme impressionnant à La Rochelle puis à Montpellier en convertissant chacune de leurs incursions dans les zones de marque. « Quand on voit le contenu du match, il n’est pas maîtrisé à 100 %, indiquait l’entraîneur des avants, Jean Bouilhou, après le succès dans l’Hérault samedi. Les joueurs ont réussi à marquer quand il le fallait mais on aurait pu faire mieux. Il n’y a pas une volonté froide d’inscrire des points quand on le veut. Nous avons marqué, c’est bien mais je pense que nous devons être plus ambitieux. » 
N’empêche, ses troupes ont accumulé des victoires importantes pour la suite. Déjà pour la confiance, ce qui permet de continuer sur la même dynamique que lors des derniers mois. Ensuite, parce qu’il vaut mieux avoir engrangé quand arriveront les périodes internationales.

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?