Des retrouvailles au goût particulier pour les Montois

  • Les Montois de Willie du Plessis veulent rester invaincus sur ce premier bloc. Les Montois de Willie du Plessis veulent rester invaincus sur ce premier bloc.
    Les Montois de Willie du Plessis veulent rester invaincus sur ce premier bloc. Icon Sport
Publié le

Forts de leur début de saison supersonique, les Landais voudront enchaîner face à des Agenais qui ont le couteau sous la gorge.

Les oppositions entre Montois et Agenais ont souvent, dans un passé récent, donné lieu à des rencontres acharnées, pour ne pas dire électriques. Celle-ci ne devrait pas déroger à la règle. Certes, si l’on se réfère au début de saison des uns et des autres, personne ne miserait un kopeck sur une victoire lot-et-garonnaise en terre landaise. Mais les Montois connaissent bien ces confrontations qui ont rarement tourné à leur avantage, et tout comme face à Vannes, ils seront donc très méfiants.

D’autant plus que Régis Sonnes et sa troupe sont au pied du mur, sommés de l’emporter pour redorer le blason du club autant que pour se donner un peu d’air au classement et retrouver goût à la victoire qui les fuit depuis trop longtemps.

La présence de l’ancien troisième ligne et de son compère Sylvain Mirande donnera forcément à cette rencontre, s’il en était besoin, un sel supplémentaire. Car les deux hommes, appréciés et respectés à Mont-de-Marsan, ont des liens forts avec ce club jaune et noir qu’ils vont devoir défier ce soir, et si possible vaincre.

Mais si Stéphane Prosper et Régis Sonnes ont grandi ensemble sous la tunique landaise avant de se retrouver sous celle d’un SUA que l’ancien ouvreur entraînait encore il n’y a pas si longtemps, si Sylvain Mirande croisera en bord de pelouse Patrick Milhet et Julien Tastet avec qui il a partagé plusieurs saisons et de belles émotions, chacun n’aura qu’un objectif en tête, faire tomber son adversaire.

Les Montois sur leur lancée

Dans leur position, les Montois voudront sans aucun doute enfoncer le clou et surfer sur l’embellie qui est la leur actuellement. Quasiment intouchables depuis leur premier match à Narbonne, ils se doivent de bien terminer ce bloc pour ne pas dilapider le fabuleux matelas amassé en si peu de temps (+10 déjà au classement britannique, N.D.L.R.) et pouvoir goûter ensuite sereinement à une semaine de repos. Il leur faudra pour cela démontrer le même appétit, mettre la même intensité que lors des précédentes rencontres, matérialisées certes par des statistiques offensives incroyables, mais avant tout par une fureur au combat et dans les tâches défensives qu’on leur avait rarement connue.

Les Agenais savent donc à quoi s’attendre. S’ils ne relèvent pas le défi physique, ils auront beaucoup de mal à exister. Et ils vont donc devoir montrer un autre visage que lors de ce match amical du mois d’août où ils n’avaient pas donné l’impression d’être prêts aux batailles du Pro D2.

Couteau sous la gorge, et n’ayant plus le choix, il serait à désespérer qu’ils ne fussent pas capables au moins de montrer de la moelle et du caractère. Il leur en faudra à haute dose face à ce Stade montois new-look, porté aujourd’hui par une confiance à toute épreuve et un talent certain. Mais un Stade montois qui est aussi très bien placé pour savoir, après une dernière saison galère, que tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre et que les séries, qu’elles soient noires ou lumineuses, sont appelées à se terminer un jour ou l’autre.

Laquelle de ces deux séries prendra fin ce soir sur la pelouse des frères Boniface ? Il n’y a que deux options possibles : les deux ou aucune.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?