Jalibert affole le Racing, Plisson a des touches à l’étranger

  • Matthieu Jalibert face à Castres
    Matthieu Jalibert face à Castres Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

S’il ne sera en fin de contrat que dans deux ans, Matthieu Jalibert fait déjà beaucoup parler sur le marché des transferts. Voici pourquoi... L’international devient ainsi un des principaux acteurs du marché des ouvreurs.

Antoine Gibert, titulaire lors des deux premières victoires du Racing 92 face au Stade français, était un homme diablement courtisé depuis le début de saison. Bon animateur et doté d’un jeu au pied précis, le jeune Francilien (23 ans) avait notamment tapé dans l’œil du Biarritz olympique et de La Rochelle, deux clubs soucieux de se renforcer à ce poste clé. Comme nous vous l’annoncions mardi matin sur Rugbyrama.fr, le club des Hauts-de-Seine et le joueur, après d’intenses négociations, ont finalement décidé de renouveler le contrat d’Antoine Gibert en banlieue parisienne.

Et selon nos informations, le joueur aurait lundi soir prolongé l’aventure dans le « 92 » de deux saisons supplémentaires. Dès lors, quels dossiers restent-ils à boucler chez les ouvreurs ? Antoine Hastoy ayant dit oui à La Rochelle, c’est le Rochelais Jules Plisson (30 ans, 8 sélections) qui animera ces prochaines semaines le marché des transferts. Auteur d’un début de saison mitigé sous les couleurs rochelaises, l’ange blond reste néanmoins une valeur sûre du championnat et intéresse plusieurs clubs, notamment à l’étranger.

Marti veut prolonger Jalibert, mais…

Aujourd’hui, la piste la plus chaude le mènerait donc du côté du Japon, un pays en passe de créer le championnat de clubs le plus attractif de la planète. Plisson sautera-t-il le pas ? Réponse imminente…

Si le dossier Plisson n’est pas dénué d’intérêt, c’est pourtant le cas Matthieu Jalibert qui affole le marché des transferts. Sous contrat en Gironde pour encore deux saisons, l’ouvreur international (22 ans, 12 sélections) ne laisse personne indifférent, même si le président de l’UBB Laurent Marti a fait de la prolongation de sa star une priorité : « On ne peut pas sacrifier un projet pour du fric et mon projet, il est construit autour de Matthieu Jalibert, expliquait-il cette semaine dans les colonnes de Sud Ouest. C’est un élément essentiel du développement du club. Il peut accompagner le projet de l’UBB, trois ou quatre ans de plus avant d’aller voir ailleurs si ça ne marche pas. » De ce que l’on sait, le profil de Matthieu Jalibert plaît pourtant énormément aux dirigeants du Racing 92, lesquels deviendraient très insistants vis-à-vis de l’ouvreur de l’UBB si Finn Russell, l’actuel titulaire du poste, acceptait contre toute attente le pont d’or que lui ont dressé au Japon les dirigeants des Green Rockets… à moins que le club du 92 ne prépare simplement l’après Russell, l’Écossais étant lié au Racing jusqu’au printemps 2023, date à laquelle l’engagement de Matthieu Jalibert prendra fin en Gironde.

Puisqu’il est question du Racing 92, nous vous indiquions la semaine dernière que l’arrière australien Kurtley Beale (32 ans, 92 sélections), très bon depuis la reprise, s’était signalé par un mauvais comportement lors du stage des Racingmen à Courchevel, l’été dernier. Les dirigeants franciliens ont été à ce point échaudés par l’incident (pourtant léger, si l’on en croit un témoin) qu’ils hésiteraient à prolonger le contrat de Beale, lié au club jusqu’à la fin de la saison. À ce sujet, les prochains jours seront également décisifs…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?