L’ASBH cherche de la constance à tous les étages

  • Dans le sillage du puissant Sias Koen, les Biterrois veulent rebondir contre Nevers. Dans le sillage du puissant Sias Koen, les Biterrois veulent rebondir contre Nevers.
    Dans le sillage du puissant Sias Koen, les Biterrois veulent rebondir contre Nevers. Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

Si l’obligation de résultat se précise, les Biterrois devront nécessairement trouver une forme d’équilibre pour s’affranchir des Nivernais.

Depuis le succès à Agen en milieu de bloc, les Biterrois désiraient amplifier la donne et s’aventurer dans les hautes sphères si l’occasion se présentait. En vain, car si la défaite à Montauban fut rapidement digérée, l’échec et le scénario subi face à Provence Rugby doivent peut-être encore être évacués. Ce qui aurait pu constituer un potentiel troisième succès dans ce bloc, s’est transformé en retard à combler sur le plan mathématique mais aussi dans les esprits. Victor Dreuille, le centre biterrois, donne sa version : « On n’a pas trop gambergé, on doit toujours basculer aussi vite sur la prochaine journée. Même s’il faut reconnaître qu’avec trois victoires, tu pouvais aborder la suite avec d’autres envies. »

Entre des rotations imposées qui peuvent importuner ou bien la recherche d’automatismes dans l’espoir d’être pertinents à la moindre situation, le jeune biterrois n’élude aucune responsabilité : « Je ne crois pas que l’on doit se cacher derrière n’importe quelles excuses, chacun d’entre nous doit s’adapter à son partenaire. Et puis quand tu manques d’investissement et globalement de discipline comme à Montauban la semaine dernière, la sanction est immédiate. » D’autant que Béziers avait démontré des qualités défensives manifestes il y a quelques semaines, une ligne de conduite, malmenée quelque peu en deux oppositions, qui conviendrait à un redressement face à la redoutable formation de l’USON. Un préalable essentiel afin de conclure cette première série dans de bonnes dispositions.

Attitudes à l’unisson

Cette quête perpétuelle est l’objet de toutes les attentions, le staff désirant miser sur la responsabilisation de l’individu y compris dans la prise de décisions. Une forme de maturité qui peut se traduire par une gestion complète d’une rencontre. Pierre Gayraud, arrivé à l’intersaison en deuxième ligne, évoque le sujet : « Le groupe a beaucoup évolué durant la période estivale, donc nous sommes en phase de rodage. Notre péché mignon, c’est peut-être effectivement de tenir l’intégralité d’une rencontre sur l’aspect stratégique. Faisons en sorte d’adopter les bons comportements afin d’apprendre de nos erreurs. »

La réception de Nevers s’inscrit dans cette démarche, même si l’adversaire qui se dresse à Raoul-Barrière n’aura rien d’une sinécure, d’autant que les Nivernais sortent d’un match accompli chez l’ogre Bayonnais. De quoi hausser l’intensité générale pour l’ancien Grenoblois : « On reçoit une formation qui voudra concrétiser ses derniers résultats. On résume souvent Nevers à son jeu d’avants alors que c’est réducteur. On observe sur toutes leurs lignes des qualités de franchissement et de perforation. Nous serons méfiants sur tous les secteurs et nous désirons y répondre pour récupérer les points perdus face à Aix-en-Provence. » Une étape à franchir pour des Héraultais qui ont trébuché sur les deux dernières réceptions des Bourguignons dans leur antre. Un palier nécessaire qui pourrait s’annoncer fondateur si les actes suivent les pensées affichées.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?