Les Montois intouchables

  • Les Montois de Léo Coly sont inarrêtables en ce début de saison !
    Les Montois de Léo Coly sont inarrêtables en ce début de saison ! Icon Sport
Publié le

Le Stade Montois a fini ce bloc par un feu d’artifice face à des Agenais qui n’auront fait illusion que vingt minutes.

Décidément, les Montois ont le vent en poupe en ce début de saison, et c’est un euphémisme. Vingt-trois points pris sur 25 possibles, meilleure défense, meilleure attaque avec une moyenne de 40 points par match exactement, 23 essais inscrits, tous les voyants sont au vert au terme de cette première série de la saison. Patrick Milhet, le manager landais, pouvait donc afficher sa satisfaction : « Nous avions fait de cette rencontre une finale du bloc. Il fallait à tout prix rester sur cette dynamique en respectant les trois mots d’ordre que nous nous étions donnés : discipline, efficacité et détermination. Les joueurs ont rempli le contrat, c’est très satisfaisant. Nous revenons de loin mais nous avons beaucoup travaillé pour arriver à ce résultat et les joueurs sont récompensés. Mais nous savons aussi que la roue peut tourner, que certains paramètres peuvent gripper la machine et que nous ne sommes pas à l’abri d’une déconvenue. Il faut donc rester prudents et mobilisés sur notre travail pour mettre toutes les chances de continuer sur cette lancée. »

De la joie mais pas d’euphorie donc chez les Jaune et Noir qui savent que le prochain bloc sera autrement plus compliqué avec des déplacements à Oyonnax, Montauban et Bayonne, et les réceptions de Rouen et Nevers. C’est alors qu’on saura vraiment ce que vaut ce Stade montois nouvelle version. Car bien sûr, les sceptiques, s’il en reste, argueront qu’il a bénéficié d’un calendrier favorable. Peut-être, mais c’est plus facile à dire a posteriori. Car encore fallait-il aller l’emporter à Narbonne et Carcassonne, et balayer comme autant de fétus de paille Vannes et Agen.

Des trois-quarts en feu

Et de quelle manière surtout. On a beaucoup loué, depuis ce début de saison, la solidarité, l’appétit au combat, la ténacité défensive des hommes du président Cazeaux, mais peu évoqué la qualité offensive de cette équipe. Or, il faut le dire, à partir de ces bases solides, la vitesse des libérations, la capacité technique des joueurs à perpétuer le mouvement au contact ou dans la chute, les angles de course proposés au porteur, ont radicalement transformé le jeu montois, mettant en pleine lumière une charnière qui joue en avançant et qui a toute latitude pour mettre sur orbite une ligne de trois-quarts de grand standing. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si en ce début de saison les lévriers landais ont déjà inscrit la bagatelle de 17 essais.

Ainsi, même si la saison ne fait que commencer et que des coups durs peuvent bien entendu survenir, le Stade montois aura au moins eu le mérite, au terme de ces cinq premières rencontres, de se mettre sur la bonne orbite et de confirmer les promesses qu’il porte en lui. Ne lui reste plus qu’à confirmer à Oyonnax qu’il peut devenir un vrai postulant aux fauteuils d’orchestre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?