Clubs anglais et français disent non au "World 12"

  • L'idée d'un tournoi mondial à 12 était soutenue par Steve Hansen, ancien sélectionneur de la Nouvelle-Zélande
    L'idée d'un tournoi mondial à 12 était soutenue par Steve Hansen, ancien sélectionneur de la Nouvelle-Zélande Icon Sport - PA Images
Publié le

Alors qu’un calendrier harmonisé est sur le point de voir le jour, Anglais et Français vont faire front commun afin de tuer dans l’œuf l’idée parallèle d’un tournoi de rugby à 12 récemment proposée par Steve Hansen.

Le rugby est à l’aube de connaître une immense révolution et, en coulisses, les dirigeants les plus influents de ce sport s’activent pour accoucher d’un calendrier mondial enfin harmonisé, et ce dès 2024. Selon nos informations, la Coupe du Monde des Clubs (elle sera baptisée "World Champions Cup") se découpera donc ainsi : les huit quarts de finaliste de la Champions Cup européenne, trois franchises néo-zélandaises, trois provinces australiennes, le champion du Japon et probablement une entité nord-américaine s’affronteront donc tout au long du mois de juin 2024 pour les phases finales de ce tout premier Mondial des clubs. Si vous vous étonnez du fait que nous n’ayons pas mentionné les franchises sud-africaines, c’est simplement qu’elles seront alors parties prenantes de la Coupe d’Europe et figureront donc (si elles se qualifient…) parmi les huit représentants de l’hémisphère Nord.

La Nations Cup, elle, se déroulera à cheval sur les mois de juillet et novembre. Sur chacune de ces deux fenêtres, quatre matchs internationaux seront donc disputés entre les six nations du vieux Tournoi (Italie, pays de Galles, Ecosse, Angleterre, France et Irlande), les quatre membres du Rugby Championship (l’Argentine, l’Afrique du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande), le Japon et les Fidji. Les nations augmentant sensiblement ici leur nombre de matchs, les clubs anglais et français leur ont logiquement demandé de réduire d’une ou deux semaines la fenêtre du Tournoi des 6 Nations, dans un esprit de compensation. La LNR et le Premiership devraient, sauf accident, être exaucés sur ce point-là.

Un front commun LNR/Premiership contre le "World 12"

Si les contours du futur calendrier mondial sont de plus en plus précis, il reste néanmoins à écarter une dernière menace. Il y a quinze jours, de grands noms du rugby mondial (l’ancien entraîneur des All Blacks Steve Hansen, le Sud-Africain Jake White ou l’ancien directeur exécutif de la fédération anglaise Ian Ritchie…) annonçaient en effet avoir proposé à World Rugby, sainte mère de l’ovale dans le monde, un tournoi de rugby à douze (World 12) qui générerait selon eux près de 270 millions d’euros. Cette compétition - financée par des fonds privés à hauteur de 290 millions d’euros et composée de huit franchises de vingt-quatre joueurs - aurait pour but de proposer une nouvelle offre à un public en baisse. À World Rugby, le projet est toujours à l’étude. Mais est-ce vraiment raisonnable ? Toujours selon nos informations, les clubs français et anglais se seraient ainsi mis d’accord pour se réunir dans quelques jours afin de mener un front commun contre ce projet. Mardi matin, un influent président anglais nous confiait d’ailleurs : "Il est hors de question que nous libérions nos joueurs pour cette compétition. Ce n’est même pas du rugby, c’est un tout autre sport ! En plus, ce World 12 va totalement à l’encontre d’un calendrier rationnel tel que nous l’imaginons. Leur message de rugby entretient enfin autour de notre sport un incroyable foutoir. Les gens sont perdus. Pourquoi World Rugby ne tape-t-elle pas du poing sur la table ?" Excellente question…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?