Hull KR, la surprise venue du Nord

  • Le coach de Hulk KR, Tony Smith.
    Le coach de Hulk KR, Tony Smith. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

En réalisant l’exploit de faire tomber les Loups de Warrington (19-0), les joueurs de Hull KR seront les adversaires des Dragons Catalans ce jeudi.

Les Robins de Hull KR sont la révélation de cette fin de saison. Onzièmes en 2019 et en 2020, les gars de ma Mer du Nord ont volé la vedette à leurs prestigieux éternels rivaux de Hull FC en se qualifiant pour les play-offs dans un premier temps, avant de réaliser un exploit majuscule. La victoire décrochée en puissance et en lucidité vendredi soir chez l’un des grands favoris au titre, Warrington (19-0) fait entrer les Rouge et Blanc dans le dernier carré. "Tony Smith est le meilleur entraîneur. Il a obtenu du succès partout où il a entraîné. Toujours en amélioration des joueurs, il a toujours une équipe qui joue pour lui. C’est ça le coaching !" s’est exprimé au sujet de l’entraîneur de Hull KR, Rob Burrow, l’un des meilleurs joueurs de tous les temps de Leeds et qui a évolué et gagné sous les ordres du sorcier Smith chez les Rhinos.

Il faut dire que l’entraîneur australien, Tony Smith (54 ans) a tout gagné en tant qu’entraîneur à Leeds (2004-2007), mais aussi à Warrington (2009-2017). L’ancien sélectionneur de l’Angleterre a rejoint Hull KR au mois de juin 2019 à la place de Tim Sheens. Ce proche de Trent Robinson espère maintenant devenir le premier entraîneur à emmener Hull KR à Old Trafford. Et pourtant Hull KR s’est déplacé sans neuf des siens (forfaits) vendredi à Warrington. "Ça a été comme ça toute la saison entre les cas de Covid et les blessés ou les suspendus. Le groupe est homogène, nous avons des jeunes qui ont appris et progressé et l’état d’esprit est irréprochable. Il s’est forgé tout au long de la saison, mais aussi l’an dernier pendant la crise sanitaire", résume Tony Smith.

Séances vidéo et plans de jeu

Un entraîneur qui s’appuie sur Jordan Abdull (25 ans) qui est à la lutte avec l’arrière des Dragons Sam Tomkins pour être élu joueur de l’année "Man of Steel" cette saison. L’ancien joueur de Hull FC et de Londres est assurément le chef d’orchestre et le leader de jeu des siens. "On a battu Hull KR trois fois cette année (31-30, 32-30 et 23-16), mais à chaque fois, la rencontre a été très serrée et Jordan Abdull nous a souvent posé des soucis dans son jeu au pied et dans ses choix", se souvient l’entraîneur Steve McNamara. Un coach qui a lancé la préparation de la demi-finale ce dimanche entre séances vidéos spécifiques sur l’adversaire et plans de jeu.

Mais que l’on ne s’y trompe pas, Hull joue et aime le jeu. Portés par leur 19-0 à Warrington, les adversaires des Dragons Catalans se déplacent en totale confiance et avec moins de pression aussi. Un combo qui vient pleinement de leur réussir et qui fait de cette équipe un danger permanent. D’autant que les Dracs ont souvent été obligés d’être poussés dans les coursives pour battre les "petits" cette saison. Hull KR, qui comme les Dragons catalans n’a jamais disputé la finale de la Super League compte également sur son capitaine Shaun Kenny-Dowall (33 ans), international Néo-Zélandais (21 capes) et vainqueur de la finale de NRL en 2013 avec les Sydney Roosters de Sonny Bill Williams et de son adversaire du soir et demi d’ouverture des Dragons, James Maloney.

Si le nom de Hull KR claque moins bien que ceux de Wigan, Leeds ou Warrington, la réalité du terrain joue en leur faveur et ce sont des Robins armés et déterminés à découvrir Old Trafford qui débouleront ce jeudi à Perpignan.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
B. O.
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?