Les Blagnacaises reprennent Ernest-Argelès

  • Marjorie Mayans et ses coéquipières se sont offert une victoire 71-13 à la maison, face à Lille-Villeneuve d’Ascq. Photo Baptiste Barbat
    Marjorie Mayans et ses coéquipières se sont offert une victoire 71-13 à la maison, face à Lille-Villeneuve d’Ascq. Photo Baptiste Barbat Baptiste Barbat
Publié le

Les Caouecs retrouvaient leur stade Ernest-Argelès de Blagnac ce dimanche. Plus qu’une victoire, il fallait retrouver le sourire.

Il s’agissait de chasser les mauvais esprits et souvenirs pour les Blagnacaises. La dernière fois qu’elles avaient disputé un match officiel sur cette même pelouse, c’était le dernier de la saison, la finale du championnat, qu’elles avaient perdu face à l’ASM-Romagnat. Et même si comme le rappelle leur entraîneur, Nicolas Tranier « À ce moment-là, c’était un terrain neutre, désigné à l’avance par la fédération », le public, les repères et la désillusion étaient en faveur des Rouge et Bleu. Alors ce dimanche après-midi, il fallait balayer tout ça. « Nous n’avons absolument pas abordé la dernière finale de l’an passé et ça nous a réussi, reprend l’entraîneur. On arrive à appliquer ce qu’on travaille, et surtout la véritable satisfaction c’est la profondeur de l’effectif. Il y a 6 changements entre le pack qui a débuté la semaine dernière et celui qui débute aujourd’hui, sans que ça n’altère notre rendement. » Les faits ne lui donnent pas tort, une victoire 71-13 face à Lille – Villeneuve d’Ascq, sans trembler, avec une mêlée ultra-dominante. Les sourires étaient évidemment de mise en fin de rencontre à l’image de la sortie sous ovation de Marjorie Mayans à l’heure de jeu. En face, si le score est lourd, les Nordistes, qui s’étaient imposées lors de la première journée, ont joué, ont proposé des choses offensivement, mais elles se heurtent au meilleur rideau défensif de ce championnat, et l’équipe qui laisse la meilleure impression en ce début de saison.

 

Le nouveau Bordeaux a débuté


De son côté, le Stade bordelais a fait couler beaucoup d’encre lors de l’intersaison suite à un recrutement XXL, comportant une demi-douzaine d’internationales françaises et étrangères. « Tout le monde nous branchait lors de la réunion de rentrée, dévoile l’entraîneur girondin, Florent Torregaray. Mais quand on regarde bien, entre les blessées et les sélectionnées, seulement 3 recrues étaient sur la pelouse. On espère avoir une équipe complète après la fenêtre internationale de novembre. » Un des changements qu’entraîne ce recrutement massif est le replacement de la très jeune et prometteuse ouvreuse Morgane Bourgeois, qui se retrouve à l’arrière. « Ce n’est pas une arrière « plein-champ », reprend le coach. Elle n’a pas ces qualités de vitesse-là. Mais dans le placement, le jeu au pied, et la passe, elle est précieuse. Si on marque des essais à l’aile, elle n’y est pas pour rien. » Exempt la semaine dernière, le Stade bordelais a débuté sa saison ce samedi en baisser de rideau de l’UBB par une victoire 31 à 7 sur Chilly-Mazarin. «C’est un super cadeau qu’ils nous ont fait. Quinze minutes après la fin de leur match, les filles s’échauffaient déjà, il y avait encore beaucoup de monde dans ce magnifique stade et pour les filles c’est génial », conclut Florent Torregaray. À l’image de l’AS Bayonnais, ou de Lons, Bordeaux se rapproche des structures de Top 14. C’est de très bon augure pour l’avenir de ce championnat.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Baptiste Barbat
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?