Bagnères-de-Bigorre - Tyrosse : un sévère examen de passage

  • À Cazenave, le Stade bagnérais passe, en outsider revanchard, un test face à Tyrosse. Photo Stade bagnérais
    À Cazenave, le Stade bagnérais passe, en outsider revanchard, un test face à Tyrosse. Photo Stade bagnérais
Publié le

Au pied des Pyrénées, le bilan comptable est en-deçà des objectifs initiaux

À Peyrehorade, Bagnères-de-Bigorre a sombré. Il est passé à côté de son exercice et la fessée reçue a fait mal. Deux fois rien au fond des poches quand on en escomptait entre cinq et sept points, cela sonne creux. "On est en plein doute, il faut trouver des solutions" n’a pas caché le technicien bagnérais Christophe Cazaux deux jours après la déconvenue de Peyrehorade. La trêve a-t-elle permis à Bagnères de resserrer les mailles de son rideau défensif, de gommer ses erreurs individuelles et d’évacuer sa fébrilité. "On s’est parlé la semaine dernière, on s’est dit des choses entre nous, le temps d’un match, dans le secret de notre bungalow, confie son président Patrice Padroni, aujourd’hui, notre déconvenue est digérée et la page est tournée."

Ce retour à Cazenave est donc l’occasion pour les Bagnérais de relever la tête. Avec un calendrier à venir qui ne prête pas forcément à sourire, le temps est à cueillir urgemment un premier succès. "Tyrosse est un examen de passage, un test pour montrer que l’on n’a pas la tête au fond du seau. On sera un outsider sans pression avec cette volonté de retrouver nos valeurs. Mais si l’on perd ce match il n’y aura ni le feu, ni la révolution, sourit Patrice Padroni. On a un bloc de quatre matchs pour relever notre défi, signer deux succès, et redresser la situation." Premier rendez-vous Tyrosse. "Après le joli coup de pied aux fesses reçu à Peyrehorade, un résultat ne passera que par de l’abnégation, de l’agressivité et de l’engagement, relève son capitaine, l’inoxydable talonneur Olivier Pujo. On va devoir assurer notre conquête, avancer sur les impacts, gratter des munitions."

En quête d’un match référence

Sauf que Tyrosse n’a rien d’un faire-valoir. Le patron (par intérim) tient son rang. Pour son troisième voyage en quatre matchs, il s’appuie sur de solides arguments même si les cinq points pris en deux voyages conjugués à la fessée donnée à Nafarroa lui donnent, peut-être, aujourd’hui, des statistiques en trompe-l’œil. "On va à Bagnères pour gagner, on peut rivaliser partout, mais on est encore à la recherche d’un match référence, reconnaît l’ancien talonneur Grégory Moulis. Nafarroa nous a lavé la tête, mais notre premier match test en voyage à Anglet n’a pas été une réussite. Ce match à Bagnères est un nouveau test. On sait où l’on va mettre les pieds." Traduction : "Il faudra offensivement être branché sur un courant moins alternatif, montrer plus de constance, de maîtrise et savoir rivaliser dans l’engagement physique et le combat. C’est indispensable si l’on veut être ambitieux dans ce second bloc." Les Bagnérais sont prévenus. Les Noir et Blanc sauront-ils se transformer en morts de faim et rendre une copie suffisamment épaisse pour l’emporter ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Olivier Gagnebien
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?