Top 14 - Stade rochelais - Les recrues maritimes sont dans le bain

  • Le pilier Guram Papidze (ex-Nevers) a inscrit contre Biarritz le premier essai sous ses nouvelles couleurs. Photo Icon Sport
    Le pilier Guram Papidze (ex-Nevers) a inscrit contre Biarritz le premier essai sous ses nouvelles couleurs. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Particulièrement en vue face à Biarritz, mais aussi plus tôt pour certains, les néo-rochelais se fondent déjà petit à petit dans le collectif vice-champion de France et d’Europe.

Il faut croire qu’ils s’étaient donné le mot. Mine de rien, trente-deux des cinquante-neuf points infligés par La Rochelle à Biarritz, samedi dernier, sont à mettre au crédit des… recrues estivales ! Joli petit pactole au regard du relatif faible contingent - sept nouveaux joueurs - arrivé à l’intersaison sur les bords de l’Atlantique. Si Joël Sclavi, blessé, n’a pas encore enfilé la tunique jaune et noir, les six autres étaient tous alignés pour le rendez-vous sous pression face au promu basque. Force est de constater que la greffe a bien pris, et qu’importe si Motu Matu’u, efficace au plaquage, et Jonathan Danty, disponible dans le jeu, n’ont pas participé au festin comptable.

Jugez plutôt : un doublé et une passe décisive pour Eneriko Buliruarua, un essai chacun pour Guram Papidze et Rémi Picquette, un six sur huit face aux perches et cinq plaquages cassés pour Pierre Popelin. Les deux anciens vannetais, de retour au bercail, se sont d’ailleurs, au passage, rappelés au bon souvenir d’un BO qui leur avait brutalement refermé les portes de la finale de Pro D2 en mai dernier. «S’ils l’avaient encore en travers de la gorge ? Peut-être, on ne l’a pas évoqué. En tout cas, ils étaient concentrés sur leurs performances. Je suis content pour eux parce qu’ils ont répondu présent. Je sais ce dont ils sont capables de faire. Les gens les connaissent, maintenant», sourit fièrement l’entraîneur des trois-quarts Sébastien Boboul, ancien mentor du duo au centre de formation maritime. «Pierre a alterné le bon et le moins bon mais c’était son premier match à l’ouverture, il va corriger des choses. Rémi rongeait son frein, son moment était venu, il a saisi l’opportunité.» Débordant d’activité en deuxième ligne et capable de jouer aux deux postes, celui que le manager du RC Vannes, Jean-Noël Spitzer, voit vite frapper à la porte du XV de France monte encore un peu plus le niveau de concurrence derrière Skelton. Popelin, lui, figure déjà parmi les meilleurs relanceurs de la division, avec 323 mètres parcourus ballon en main.

Danty commence son rodage

«L’année dernière, nous avions ciblé le recrutement sur des joueurs avec un palmarès international, pour inculquer la culture de la gagne au groupe. Cette année, hormis Danty, on a surtout pris des joueurs qui ont encore énormément de potentiel à exploiter. Je suis sûr qu’ils vont tout donner pour être performants et renforcer l’équipe», nous glissait le directeur sportif Robert Mohr en août. Le début de saison (très) encourageant de ses nouveaux poulains est là pour le conforter. À Jonathan Danty, désormais, de prendre en route le rythme imprimé, après une arthroscopie à un genou et une reprise différée. «Il va lui falloir un petit temps d’adaptation parce que ça change de Paris. Couper le cordon n’est pas évident. Mais "Fatou" va nous apporter beaucoup de bonnes choses», prédit Jérémy Sinzelle, son ancien coéquipier au Stade français.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Romain Asselin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?