Top 14 - Stade toulousain - Alexi Balès, un témoin au relais

  • Alexi Balès, ici contre Toulon, pourrait être lancé dans le XV titulaire du Stade toulousain à Biarritz ce samedi. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Alexi Balès, ici contre Toulon, pourrait être lancé dans le XV titulaire du Stade toulousain à Biarritz ce samedi. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany - Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Forcément dans l’ombre d’un Antoine Dupont encore impressionnant ces dernières semaines, l’ancien Rochelais veut prendre le bon virage samedi à Aguilera.

La vie derrière Antoine Dupont, qui prend tant de place aujourd’hui, n’est pas toujours aisée. Alexi Balès a dû se contenter de 41 minutes de temps de jeu depuis l’entame de l’exercice. «Je savais, en signant ici, qu’il y avait Antoine, dit-il. Il n’y a aucun souci. Je n’ai pas ses qualités, j’ai les miennes. Il fait un gros début de saison, ce qui ne surprend personne. Mais je veux me concentrer sur moi, sur mon jeu.» Surtout que, lors des années précédentes, il avait toujours rencontré des retards à l’allumage. «Je suis content de démarrer enfin une saison normalement, même si j’étais sur le banc pour les quatre premières journées. À La Rochelle, il y avait toujours un pépin au départ. L’an dernier, j’ai attrapé le Covid avant le premier match à Clermont puis j’ai été titulaire sur un match contre Lyon où j’ai subi un K.-O. et j’ai dû sortir à la mi-temps.» Alors, l’ancien demi de mêlée agenais, arrivé à Ernest-Wallon durant l’été 2020, savoure et assure : «Je me sens en forme, dans la tête et dans les jambes. J’ai envie de le montrer quand on fait appel à moi, de répondre présent en espérant être au coup d’envoi sur des matchs dans les prochaines semaines. Je suis prêt à relayer «Toto» quand il le faut.» Cela devrait être le cas samedi à Biarritz, où il pourrait être associé à Tim Nanaï-Williams à la charnière. Une première répétition, peut-être, avant la période internationale de novembre qui verra Dupont et Ntamack prendre la direction de Marcoussis. «J’y pense, bien sûr, note Balès. Je fais partie des mecs qui seront là pendant les doublons. Comme Tim (Nanaï-Williams) ou Zack (Holmes), je dois élever mon niveau pour apporter mon expérience aux jeunes.»

« Montrer mon vrai visage »

En attendant, il va entrer à Aguilera avec une conviction sur le plan personnel : «J’ai envie d’apporter davantage, de montrer mon vrai visage. Je suis persuadé d’avoir autre chose à amener au Stade toulousain.» Lui qui garde une légère frustration de son premier exercice sous le maillot rouge et noir. «Entre les blessures et le reste, je n’ai jamais trouvé le «momentum» pour basculer et vraiment enclencher ma saison.» Écarté de la feuille de match lors des phases finales européennes, il y était néanmoins revenu pour celles du Top 14. Un virage, déjà, dans son aventure toulousaine. «J’ai 31 ans et je suis venu pour gagner des titres. C’est chose faite mais on a encore faim. On veut y participer. Être dans les 23 pour la finale, c’était une chance donnée par le staff. Sans en faire trop, je sais qu’il me reste quelques années à jouer et je veux en profiter à fond.» Dès samedi, sur la côte basque, où les Stadistes sont conscients du défi à relever. Balès prévient : «Les Biarrots ont tapé les derniers demi-finalistes (Bordeaux-Bègles et le Racing, N.D.L.R.) à domicile, les deux équipes qui remportaient le plus de victoires à l’extérieur la saison passée avec nous. On est prévenus. On s’attend à une grosse bataille, sur un terrain a priori un peu compliqué. À nous de répondre présent sur les fondamentaux car eux le feront.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?