Le Stade Rochelais est branché sur courant alternatif

  • Reda Wardi et les siens n'ont pas été assez constant à Montpellier
    Reda Wardi et les siens n'ont pas été assez constant à Montpellier Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Bien que dangereuse par moments, la formation rochelaise s’est montrée trop imprécise lors de sa venue à Montpellier.

En se rendant à Montpellier une semaine après une probante victoire acquise contre le promu biarrot qu’il a largement dominé, le Stade rochelais voulait confirmer le lancement de sa saison. Pour ce faire, ils pouvaient compter sur les retours de deux de leurs internationaux, Gregory Alldritt et Pierre Bourgarit. Avec ces deux renforts, ils voulaient enchaîner une deuxième victoire, engranger des points et retrouver quelques rangs au classement. Malheureusement pour eux et leurs supporters, les Maritimes n’ont rien fait de tout ça. Pire, on dirait même qu’ils sont retombés dans leurs travers. Rapidement dominés dans le jeu au sol, maladroits ou inconstants en conquête et surtout coupables de fautes qui offrirent des pénalités faciles aux Montpelliérains, les Rochelais ont finalement sombré.

À l’issue de la rencontre, le manager Ronan O’Gara ne pouvait que constater les dégâts : « Cette défaite est frustrante. Elle l’est d’autant plus qu’elle ressemble à celle contre le Racing, et Clermont. Sauf qu’aujourd’hui, c’était pire. C’est assez simple de comprendre pourquoi l’on repart avec zéro point. On a manqué de précision dans tous les domaines, sans compter que l’on n’était pas assez agressif quand Montpellier a été très précis. C’est facile d’accepter où on est. On n’est pas bien. » Loin de se vouloir alarmiste, le manager rochelais se voulait pragmatique : « Je ne suis pas inquiet, mais cela me déçoit pour nos supporters et les familles qui nous supportent. Bravo à Montpellier en tout cas. »

Le potentiel est là

Comme l’analysait Ronan O’Gara après la rencontre, son équipe a été dominée sur un trop grand nombre de secteurs pour espérer mieux qu’une défaite sèche. Pourtant, le potentiel est là. Quand La Rochelle parvient à enchaîner les temps de jeu, elle reste une équipe redoutable. Le problème, c’est qu’elle ne l’a fait que par intermittence : « C’est exactement ça, confirma l’ancien ouvreur de l’Irlande, on a vu quoi cet après-midi ? 180 secondes de magnifique rugby venant de notre équipe ? Mais ce n’est rien ! Quand on le décide, on peut être dangereux. » À l’image de ce bel essai marqué par le Mortuacien Jules Favre, superbement servi par une passe au pied de Jonathan Danty peu après l’entrée en jeu de l’ex-Parisien : « Jonathan m’a dit qu’il travaillait pas mal ce secteur, et il a eu un bon rebond. S’il n’avait pas été aussi bon, on aurait retrouvé le ballon sur le parking ! », plaisantait l’Irlandais. Le potentiel est là. Amis Castrais (leurs futurs adversaires) prenez gare au réveil de la bête blessée rochelaise…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?